EN IMAGES - Tempête de 1999 : la lente reconstruction du moulin de Valmy

Publié le Mis à jour le
Écrit par Florence Morel
Guerre, histoire, météo... le moulin de Valmy n'est pas celui d'origine. C'est le quatrième édifice que l'on peut voir aujourd'hui
Guerre, histoire, météo... le moulin de Valmy n'est pas celui d'origine. C'est le quatrième édifice que l'on peut voir aujourd'hui © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

La tempête du 26 décembre 1999 l'avait réduit en amas de bois. Symbole de la bataille de la bataille du même nom, le moulin de Valmy n'a pas résisté à la tempête Lothar. Il faudra attendre quatre ans avant que les travaux de reconstruction commencent.

"C'est, dans un sens, un mal pour un bien." Bertrand Courot, le maire de Sainte-Ménehould, a pris de la distance. Ce lundi 23 décembre, il présente fièrement le centre historique de Valmy, situé juste sous le moulin du même nom, emblème de la République française.

Sans la tempête qui a fait tomber le célèbre moulin, le centre historique n'aurait jamais vu le jour. Le 26 décembre 1999, toute la France subit la tempête Lothar, surnommée "la tempête du siècle". Des vents très violents, notamment à plus de 150 km/h à Reims, auront raison du moulin, qui tombe en morceaux. "De suite, on se dit qu'il faut reconstruire le moulin. On découvre un fracas de bois, ce qui suscite une émotion localement et un élan de générosité national et international, se souvient Bertrand Courot. "
 

Une association pour sa reconstruction se crée, et les donateurs viennent de partout en France, de Mandelieu à Reims. Et du monde entier. Certains mécènes envoient leurs deniers depuis la Corée, l'Egypte ou encore la Malaisie. En tout, plus de 170.000 euros sont récoltés, sur le 1,5 million d'euros qu'a coûté le chantier.
 

Un moulin de type champenois, par fidélité historique

Si reconstruire le moulin est une évidence, créer un centre historique ne l'est pas forcément pour les habitants de l'Argonne. "J'ai appelé cet épisode la seconde bataille de Valmy", plaisante le maire, avec vingt ans de recul. Selon l'édile, "le fait que le moulin soit tombé par terre a accéléré le projet de centre historique". Les travaux commenceront en 2004 et s'achèveront en 2005. Il faudra attendre 2014 pour que le centre historique voie le jour.

"Nous nous sommes inspirés des modèles type champenois pour dresser le cahier des charges", raconte l'élu. L'objectif est alors d'être plus fidèle au moulin qui avait été détruit en 1792 lors de la bataille de Valmy, sous les ordres du général Kellermann. Le "héros de Valmy", avait ordonné à ses hommes de détruire le moulin, trop visible et servant de point de mire à ses adversaires les Prussiens. Dédommagé, le meunier fait rebâtir un moulin à vent. Or, on découvre au début du XIXème siècle une nouvelle technologie : le moulin à eau. Les moulins à vent vont être peu à peu démontés.

 

Le quatrième moulin sur le site de la bataille

A la veille de la seconde guerre mondiale, en 1939, le moulin est reconstruit dans le style des moulins de Flandres. Il tiendra jusqu'en 1999. "C'est un style plus élancé et vissé au sol. Il était moins adapté aux plaines champenoises", explique la médiatrice culturelle au centre historique de Valmy. Et d'ajouter :

Ce moulin est simplement posé sur des dés maçonnés, il pourrait délicatement se déplacer. On le sent d'ailleurs quand on fait des visites.
- Pauline Ledru, médiatrice culturelle au centre historique de Valmy

Malgré sa fidélité historique, le moulin champenois déplaît parfois aux locaux qui ont connu son ancienne version, rapporte Pauline Ledru, visiblement déçue de ne pas faire l'unanimité. Grâce au centre historique, la médiatrice culturelle et le maire de Sainte-Ménehould espèrent amener de nouveaux visiteurs qui s'approprieront cette version.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.