Histoires 14-18 : Marie Marvingt, “la fiancée du danger”

© Pathé Gaumont/BNF Gallica
© Pathé Gaumont/BNF Gallica

Par France 3

Un modeste panneau visible Place Carrière à Nancy est dédié à Marie Marvingt. Surnommée « la fiancée du danger », cette pionnière de l'aviation a pressenti que les avions pouvaient sauver des vies. La Grande Guerre lui a donné l'occasion de le prouver.

Née dans une famille de passionnés de sport, Marie Marvingt devient très jeune une athlète de haut niveau. Nageuse, cycliste, alpiniste, skieuse, elle est aussi l'une des premières femmes à obtenir le permis de conduire. Mais sa grande passion est dans les airs. Elle décolle en ballon en 1909 pour rejoindre l'Angleterre. L'année suivante, elle obtient son brevet de pilote. Convaincue que les avions peuvent jouer un rôle sanitaire, elle met au point un projet d'ambulance aérienne qui n'intéresse guère les autorités.

Histoires 14-18 : Marie Marvingt, "la fiancée du danger"
Source archives : - Pathé Gaumont - BNF Gallica  - France 3 - L. Parisot

Le goût de l'aventure pousse Marie Marvingt à participer à la Grande Guerre. La légende raconte qu'elle s'est déguisée en homme pour s'engager. Ses talents d'aviatrice lui valent de prendre part à un bombardement sur Metz. Puis c'est en tant qu'infirmière qu'elle se distingue. Affectée sur le front italien, elle met en pratique ses théories en utilisant un avion pour accélérer l'évacuation des blessés.

Marie Marvingt n'aura de cesse de poursuivre son combat en faveur du service sanitaire aérien. Cette action lui vaudra d'obtenir de nombreuses distinctions. Avec 34 décorations, dont la Croix de guerre et la Légion d'honneur, elle est la Française la plus décorée. Sa passion pour l'aéronautique ne la quittera jamais. A 85 ans elle pilote le premier hélicoptère à réaction français. Elle s'éteint trois ans plus tard.

 

Sur le même sujet

récolte des mirabelles à Rozelieures

Les + Lus