Coronavirus : encore un coup dur pour la restauration et l'hôtellerie en Meurthe-et-Moselle

De nombreux secteurs économiques sont touchés par la propagation du coronavirus en France. Les salons, comme celui de l'Habitat à Nancy, qui se déroule du 5 au 9 mars, constatent une sévère baisse d'activité. / © Michel Bédu - Président de l'UMIH de Meurthe-et-Moselle
De nombreux secteurs économiques sont touchés par la propagation du coronavirus en France. Les salons, comme celui de l'Habitat à Nancy, qui se déroule du 5 au 9 mars, constatent une sévère baisse d'activité. / © Michel Bédu - Président de l'UMIH de Meurthe-et-Moselle

La propagation du coronavirus en France impacte de plus en plus de nombreux secteurs économiques. C'est le cas notamment en Meurthe-et-Moselle dans l'hôtellerie et la restauration. Pour cette dernière, les réservations ont diminué de moitié.

Par Thierry Pernin

En Meurthe-et-Moselle, comme partout en France, après les Gilets jaunes et les grèves contre la réforme des retraites, c'est maintenant le coronavirus qui porte un coup dur à l’économie. Avec des baisses de réservation allant de 20 à 50 %, le secteur de la restauration est le plus touché.

Toute la restauration est touchée, mais plus encore les établissements gastronomiques. Depuis une quinzaine de jours, la peur et la panique ont généré la désertion des restaurants. Les hôtels subissent une perte de 20% et les annulations des salons s’enchainent de manière alarmante.

Tout le monde ne parle que de ça. Nous vivons un véritable séisme économique. Je reçois plus de dix coups de téléphone par jour.
Michel Bédu - Président général de l'Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie de Meurthe-et-Moselle

Les hôteliers et la restaurateurs croisent les doigts en espérant que l'Etat a prévu des reports de paiement. Il n'y a pas de recettes en face des dépenses et les banques s'inquiètent. 

C'est la même chanson du côté des salons. Les gens n'achètent plus. A 65 ans, le Président de UMIH de Meurthe-et-Moselle déclare n'avoir jamais connu une sitation pareille.

Je suis inquiet. La restauration et l'hôtellerie sont des métiers de convivialité. Il n'y en a plus !
Michel Bédu - Président général de l'Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie de Meurthe-et-Moselle

Actuellement au niveau 2 dans la stratégie de lutte contre le coronavirus, la France se prépare au stade épidémique après un nouveau bond des contaminations. Selon les professionnels, de nombreux hôteliers-restaurateurs ne tiendront pas. 

Sur le même sujet

Les + Lus