Défi Titicaca au Pérou : "J’ai eu peur pendant les orages mais ça fait des souvenirs complètement dingue",dit Théo Curin

Accompagné de Malia Metella et Matthieu Witvoet, Théo Curin vient de traverser, à la nage, le lac Titicaca, le plus haut du monde, au Pérou. Son père réagit : "après onze jours et 122 kilomètres de nage, à cause des tempêtes et des orages, ils ont cru qu’ils allaient mourir".

Le nageur lorrain de Lunéville (Meurthe-et-Moselle), Théo Curin, âgé de 21 ans, a terminé, samedi 20 novembre 2021, la traversée du lac Titicaca, le plus haut du monde (3.800 mètres d'altitude), au Pérou. Il était accompagné de la vice-championne olympique Malia Metella et l'éco-aventurier Matthieu Witvoet.

J’ai eu très très peur pendant les orages et aussi pendant la tempête en plein milieu du lac.

Théo Curin.

C’est à l’aéroport de Lima, capitale du Pérou que nous parlons avec Théo au téléphone. "Je suis soulagé que ce soit fini. J’ai hâte de rentrer au pays et digérer tout ce que l’on a vécu".

Théo sera en France demain dans la journée, et en Lorraine en fin d'après-midi. "J’ai eu très très peur pendant les orages pendant la tempête en plein milieu du lac. Cela fait des souvenirs complètement dingue. Au huitième jour j’ai failli abandonner j’étais complètement épuisé physiquement et moralement. Mes compagnons m’ont aidé à tenir".

 

 

Lundi 22 novembre 2021 son père nous raconte : "Théo est actuellement dans un hôtel aux îles de los Urus, au Pérou", à plus de 100 km de son point de départ en Bolivie. "Je l’ai à peine eu au téléphone, hier, quelques minutes par WhatsApp. Il était très fatigué mais très content. La pression est retombée", explique Dominique Curin.
 

Je suis soulagé que ce soit fini. J’ai hâte de rentrer au pays et digérer tout ce que l’on a vécu.

Théo Curin. 

Il a réalisé cet exploit, avec deux autres sportifs français, l'ex-nageuse Malia Metella, 39 ans, et Matthieu Witvoet, 27 ans, qui se présente comme un "éco-aventurier". Des "compagnons de galère", car les conditions de cette traversée hors norme ont parfois été dantesques ! 

Un accueil triomphal

Ils ont réalisé cet exploit en dix jours. 

"Ils ont eu très peur à cause du mauvais temps car la météo c’était vraiment le point noir de l’expédition. Il nous l’avait dit avant de partir. Ils ont été vraiment très gênés avec les tempêtes, les orages. On ne savait pas trop comment ça allait se passer. Bien sûr je suis très fier ça fait plus d’un an et demi qu’il ne parle que de ça", dit Dominique Curin.

 

 

Les athlètes ont nagé à tour de rôle en tirant un bateau fabriqué à partir de déchets, dans le but de faire passer un message sur le respect de l'environnement. Ils ont mangé et dormi à bord. 

Une émotion énorme

L'équipage s'est jeté dans les eaux glacées du lac le 10 novembre dernier sur la plage du village de Copacabana en Bolivie.
"C'est beaucoup d'émotions. Il y avait beaucoup de monde sur la plage, je ne m'attendais pas forcément à ça", avait dit Théo Curin ce jour-là.

Théo Curin, originaire de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) a été amputé des quatre membres quand il avait six ans à la suite d'une méningite foudroyante.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handisport sport exploit société natation