ETE 2022 : Arbres, forêts, incendies, sécheresse et canicule : "La forêt est aujourd’hui en situation de crise sanitaire"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yves Quemener .

Cet été 2022, les massifs forestiers souffrent de la sécheresse et des incendies à répétition. Le réchauffement climatique met les forêts à rude épreuve. Samedi 13 août, Nathalie Bréda, directrice de recherche à l’Institut National de la Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement à Nancy (Meurthe-et-Moselle) répond à nos questions.

Après un mois de juillet 2022 très éprouvant, des milliers de pompiers luttent en France contre de nouveaux feux dans des forêts complètement desséchées par les vagues de chaleur et le manque historique de pluie durant été. 

Nathalie Bréda est directrice de recherche à l’Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement à Nancy (Meurthe-et-Moselle). "La forêt rend plusieurs services à l’homme et à l’environnement. Elle assure bien sûr la production du bois. Mais aussi la protection des sols, par exemple en montagne, elle protège les sols de l’érosion. Dans les forêts, l’eau est filtrée par l’écosystème. Sous les bassins forestiers, on a des pompages d’eau de très bonne qualité. Et donc, elles assurent la protection de la biodiversité. Et puis il ne faut pas oublier le plus connu : elles assurent l’accueil d’un public de plus en plus grandissant. Un public qui logiquement n’a pas forcément conscience des problèmes de la santé de la forêt d’aujourd’hui".

Sécheresse extrême 

Depuis plusieurs années, avec les canicules et les sécheresses à répétition, les sapins et les arbres meurent plus vite. En 2019, le journal Le Monde expliquait que dans "la forêt vosgienne de Masevaux (Haut-Rhin), les sapins ont viré au rouge. Environ 10 % d’entre eux sont déjà morts, épuisés par les sécheresses et les vagues de canicule à répétition. Une quantité similaire de hêtres a dépéri chez nos voisins suisses".

Les scolytes s’attaquent avant tout à des arbres très affaiblis, qui n’ont plus l’énergie de se défendre. La forêt est une solution pour atténuer le réchauffement climatique. Et surtout la crise sanitaire des forêts n’est pas irréversible. Donc rien n’est perdu.

Nathalie Bréda, directrice de recherche à l'INRAE de Nancy.

Victime de la sécheresse et d'attaques de ravageurs comme les scolytes, qui profitent de l’affaiblissement des arbres par la sécheresse, la forêt fait face à une réelle catastrophe sanitaire. Car la sécheresse a d’autres conséquences beaucoup plus insidieuses. "Cette année nous sommes dans une grande période de crise sanitaire. Elle est là en fait depuis 2015 dans la région Grand Est", dit Nathalie Breda. "L’impact de la sécheresse est bel et bien là. Quand ce sont des évènements ponctuels, les arbres ont le temps de récupérer, de se refaire une santé. Là ce qui se passe, c’est que l’on manque clairement d’eau. L’anomalie de la sécheresse implique un grand nombre de risques en cascade. Ainsi, on entend par risque, l'enchaînement d'aléa qui suivent la sécheresse : sécheresse, attaque d'insectes donc accumulation de bois sec en forêt, ce qui génère du combustible supplémentaire pour "nourrir" les incendies. "La chute des feuilles est plutôt un impact direct de l’interaction sécheresse et chaleur. On a deux mois d'avance pour la chute des feuilles de certains arbres".

Nathalie Breda ajoute : Le plus connu étant celui des feuilles des arbres qui vieillissent trop vite. En ce moment, nous sommes comme en automne, en plein été. Encore une fois c’est la conséquence du manque d’eau et de la canicule. Cette année la saison de la végétation va s’arrêter maintenant". Et cette année, sous l’influence du changement climatique, d’autres régions que la Provence-Côte d'Azur sont menacées comme en Bretagne où la forêt de Brocéliande a été touchée pour la première fois. 

Dans les Vosges, les forêts qui couvrent une grande surface de la chaîne de montagne, sont elles aussi  directement concernées. "La pompe qui absorbe du CO2 par les forêts est ralentie, puisque la photosynthèse est limitée par la sécheresse. Elles agissent comme des puits de carbone. Elle absorbe le carbone de l’atmosphère. L’arbre fixe le CO2 et libère de l’oxygène. C’est la photosynthèse. En ce moment, la pompe qui libère le carbone est en mode ralentie". 

Capacité de récupération

Nathalie Breda travaille sur le monde de la forêt depuis plus de 25 ans. Elle le connait bien. Avec son équipe, elle a même commencé ses recherches pendant la première grande canicule en 1976. "La forêt est une solution pour atténuer le réchauffement climatique". Et surtout : "La crise sanitaire des forêts n’est pas irréversible. Donc rien n’est perdu. Exemple en 2021 où il a beaucoup plu, ce qui à l’époque avait permis aux arbres de bien récupérer".

L’anomalie de la sécheresse implique un grand nombre de risques en cascade. Le plus connu étant celui des feuilles des arbres qui vieillissent trop vite. On a deux mois d'avance.

Nathalie Breda, INRAE.

La troisième vague de chaleur de l'été 2022 devrait se conclure dimanche 14 août 2022 avec des orages sur la majeure partie de la France, accompagnés de fortes précipitations localisées, insuffisantes toutefois pour remédier à la sécheresse selon les prévisions de Météo-France. Le mois de juillet 2022 pourrait être le plus sec enregistré en France depuis 1959.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité