Grand Nancy: TOUS les emballages se jettent désormais dans les sacs de tri

Depuis le 1er novembre 2020, la Métropole du Grand Nancy instaure des nouvelles règles pour le tri sélectif. Et c'est beaucoup plus simple. Plus de question à se poser. Tous les emballages peuvent se jeter dans les sacs jaunes.
Des flyers sont en cours de distribution dans tous les foyers de l'agglomération.
Des flyers sont en cours de distribution dans tous les foyers de l'agglomération. © Métropole Grand Nancy
C’est une petite révolution de cuisine. Finies les interrogations devant le sac de tri. Plus de crise de couple pour savoir si le carton à pizza sale va dans la poubelle normale ou dans le poubelle jaune. Depuis le 1 novembre 2020, dans la Métropole du Grand Nancy, TOUS les emballages vont au tri. Et sans les laver pour ne pas gâcher d'eau.
Nancy est la deuxième grande métropole à adopter ce système. Dans le Grand Est, seule Mulhouse l'applique. Strasbourg l'étudie encore.

En résumé:Attention, les sacs jaunes recueillent les emballages uniquement donc on n'y met pas un jouet, même s'il est en plastique.

Si vous avez un doute, toutes les réponses sont sur le site internet de la Maison de l'habitat et du développement durable du Grand Nancy .

Pour consulter le calendrier des nouveaux jours de collecte, cliquez ici.
Des exemples de déchets qui partent désormais au tri.
Des exemples de déchets qui partent désormais au tri. © Anne-Laure Chery

 ​​​​​Un besoin de simplification

"Le système qui existait était un trop compliqué. Même des gens qui y mettaient de la bonne volonté avaient du mal à s'y retrouver. Il fallait simplifier", explique Michel Breuille, vice-président de la métropole en charge de la propreté et des déchets.

Le but est évidemment de réduire les déchets de la poubelle domestique. Etonnamment, la crise sanitaire a permis d'accélérer la mise en place du processus. Pour des règles de protection, il n'y a plus qu'un ripeur au lieu de deux à l'arrière d'un camion poubelle. Les collectes ont dû été réduites à une par semaine sur la plus grande partie de l'agglomération (sauf Nancy). Si, avec cette nouvelle répartition du tri, le volume des déchets se réduit, le système pourra être maintenu. Et la pollution des passages de camions diminuée en même temps.
Michel Breuille poursuit; "ce n'est qu’une première étape. Il faut travailler encore sur une meilleure collecte du verre, des gros cartons et des bio déchets et faire plus de compostage partagé".

4 millions investis à Dieulouard

Pour arriver à ce "tout au bac jaune", il a fallu moderniser les chaînes de tri. 4 millions d'euros ont été investis dans l'usine Paprec de Dieulouard. A chaque type de déchet correspond un matériel de tri spécifique: trieurs optiques supplémentaires sur les lignes, méga-aimants pour les matériaux ferreux ou machine à courants de Foucault pour l'aluminium des capsules de café.

Recherche et développement sur les plastiques

C'est grâce à l'aide de Citeo que le Grand Nancy a pu faire avancer les choses. C'est la société à but non lucratif qui collecte le bonus/malus emballages des entreprises et le réinvestit dans l'accompagnement des collectivités locales et la modernisation des sites.

Christophe Neumann, son responsable Grand Est explique: "notre but est de changer les comportements. Aujourd'hui, on recycle 70% des emballages. On veut parvenir à 75% rapidement. Ça passe par la simplification des gestes de tri".
D'ici à 2022, le tri simplifié devrait arriver sur tout le territoire français.
Une fois le tri généralisé, le gros travail qu'il reste à effectuer c'est améliorer la "recyclabilité" des plastiques.
"Si on parvenait à trier l'intégralité du million de tonnes de plastiques consommé par an en France, il resterait encore un quart qui ne serait pas recyclable." La raison: sa complexité. Un emballage en plastique est souvent constitué de plusieurs matières différentes. La barquette de vos tranches de fromage ne sera pas de la même matière que l'opercule qui la ferme par exemple.
"Il y a beaucoup de recherches en cours sur l'éco-conception. La fromagerie Leerdammer a désormais une barquette mono-matériau par exemple. On travaille aussi en recherche et développement avec Total à Carling pour le recyclage chimique des pots de yaourt en polystyrène."
Oui car figurez-vous que, pour pouvoir séparer deux pots de yaourt en les pliant, il faut qu'ils soient en polystyrène et pas dans un autre plastique.

Tout ça, c'est pour l'avenir mais pour l'instant ne retenez qu'une chose: TOUS les emballages vont au tri.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement déchets ménagers société