INFO F3 - Vandœuvre-lès-Nancy : un délégué syndical du magasin Leclerc se suicide au travail avec une arme à feu

Selon nos informations, un employé de 34 ans du magasin Leclerc de Vandoeuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle) s'est suicidé sur son lieu de travail avec une arme à feu, samedi 11 janvier. Il aurait subi des pressions de la direction. Il était délégué du personnel, affilié au syndicat FO.
 

Un employé du magasin Leclerc de Vandoeuvre-les-Nancy s'est suicidé sur son lieu de travail avec une arme à feu.
Un employé du magasin Leclerc de Vandoeuvre-les-Nancy s'est suicidé sur son lieu de travail avec une arme à feu. © Inès Pons-Teixeira, France 3 Lorraine
Samedi 11 janvier 2020, un salarié âgé de 34 ans du groupe Leclerc travaillant au magasin de Vandoeuvre-les-Nancy (Meurthe-et-Moselle), s'est suicidé par arme à feu. Il a laissé un mot pour expliquer son acte. "Une lettre donne des explications sur son geste et fait état de difficultés dans le cadre de son travail ainsi que de difficultés personnelles", a confié François Pérain, procureur de la République de Nancy à France 3 Lorraine.

Selon nos informations, le salarié prénommé Maxime, membre du syndicat Force ouvrière, aurait subi de graves pressions de la part de la direction du magasin. "Il y avait des tensions avec la direction. Il travaillait le matin. Il arrivait à 5 heures et travaillait dans le rayon alcool. Il a décidé de mettre fin à ses jours à cet endroit, dans ce rayon. L'entente n'était pas cordiale du tout avec son chef de service. Maxime était un passionné et il avait son boulot à coeur", dit ce matin Nadège, une employée, abasourdie, du magasin de Vandoeuvre.

Vous attendez quoi pour intervenir ? Qu'il se pende ?
- Nadège, employée du magasin

Nadège, très proche de Maxime, explique : "Au mois d'août, Maxime a eu un entretien avec le directeur car ça n'allait pas. Je l'ai accompagné. A ce moment là, j'ai dit au directeur : «Vous attendez quoi pour intervenir ? Qu'il se suicide, qu'il se pende ?»" La direction lui aurait alors répondu : "On n'ira pas jusque-là."

Il était vu à 5h13 tirant un transpalette dans le rayon où il travaillait, s'arrêtait, sortait une arme qu'il retournait vers lui
- François Pérain, procureur de la République de Nancy

Le procureur de la République de Nancy, François Perain, précise à France 3 Lorraine que : "l'exploitation de la vidéosurveillance du magasin a permis de constater que l'intéressé avait pris son travail à 5h01, il était vu à 5h13 tirant un transpalette dans le rayon où il travaillait, s'arrêtait, sortait une arme qu'il retournait vers lui avant de tirer".

Ce samedi 11 janvier, en début d'après-midi, la direction, dans un communiqué envoyé à France 3 Lorraine, "adresse ses sincères condoléances à sa famille et lui témoigne son soutien". Cependant, sur place, en Lorraine, le bureau du directeur a refusé de recevoir une délégation de syndicalistes
 

Les délégués du syndicat FO  se sont rendus à Vandoeuvre pour manifester devant le magasin avec des banderoles : Leclerc assassin !
Les délégués du syndicat FO se sont rendus à Vandoeuvre pour manifester devant le magasin avec des banderoles : Leclerc assassin ! © Marion Lompageu, France 3 Lorraine

Il ne faut pas que Maxime soit mort pour rien
- Abdel Nahass, délégué FO

Vers 10h30, au départ de la manifestation contre la réforme des retraites prévue dans les rues de Nancy, les représentants FO ont tenu à rendre hommage à Maxime, 34 ans. Il aurait du fêter ses 35 ans le 23 janvier. Ils ont pris la parole pour lui rendre un "dernier hommage" en expliquant "qu'il subissait des pressions de la direction du magasin de Vandoeuvre"

Pendant la manifestation contre la réforme des retraites, les délégués FO rendent hommage à Maxime, samedi 11 janvier.
Pendant la manifestation les représentants FO ont rendu hommage à Maxime, 34 ans.

Après la manifestation contre la réforme des retraites, les membres du syndicat FO  se sont rendus à Vandoeuvre pour manifester devant le magasin.


Ce samedi, les pompiers étaient sur place, avec les enquêteurs de la police judiciaire. Une cellule psychologique d'urgence a été mise en place par les pompiers à l'intérieur du magasin. Le centre commercial est resté fermé toute la journée.

Une enquête est ouverte par le parquet de Nancy. Une procédure de recherche des causes de la mort a été ouverte. Le procureur ajoute "qu'une enquête pourra être ouverte pour harcèlement moral et homicide involontaire".

Dimanche 12 janvier, le syndicat FO Meurthe-et-Moselle a mis en place une cagnotte Leetchi.com destinée aux frais d'obsèques. Une cagnotte qui selon le syndicat servira également "au paiement des frais de justice pour les actions engagées contre son employeur".
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité