INSOLITE. La statue de cire de Théo Curin est la plus originale du musée Grévin, on vous explique pourquoi

Le Lunévillois Théo Curin a fait son entrée le 7 mars 2024 au musée Grévin. Une consécration pour le champion de natation, mais aussi une singularité pour le musée. Premier Lorrain de la collection. Premier athlète handisport. Et c’est surtout, la deuxième statue de cire où tout un corps a dû être dessiné.

Un Lorrain dans le musée Grévin. Et pas des moindres : Théo Curin. Rien ne semblait destiner ce jeune homme de 23 ans à entrer dans l’un des musées les plus connus de France. Frappé par une méningite à l'âge de 6 ans qui l’obligera à être amputé des quatre membres, le Lunévillois s’est relevé et réalise l’impensable depuis. Il participe aux Jeux olympiques de Rio en 2016, traverse les 122 km du lac Titicaca en 2021, devient le premier athlète handisport à terminer la course de 57 km Santa Fé-Coronda à la nage. Aussi devenu animateur, acteur, chroniqueur ou encore mannequin, le voilà désormais honoré de sa statue de cire au musée Grévin.

Un corps entier à sculpter de cire et de résine

Une consécration, et surtout une nouveauté, pour le célèbre musée qui accueille là son premier Lorrain dans sa collection, et son premier athlète handisport. Pour le Lunévillois, le résultat est réussi : "C’est ultra-réaliste. Je pense que, de loin, on croirait que c’est moi. Quand on est vraiment à 10 cm de la peau, on s’aperçoit que c’est une statue. Mais c’est tellement bien fait. En plus, ce sont des vraies prothèses à moi, des anciennes prothèses de jambe. C’est un super cadeau".

Un cadeau qui aura nécessité beaucoup de temps dans la conception. Six mois. Six mois pour le moulage, le tirage en cire, la peinture, la mise en place des yeux, des dents, ou encore la pose, presque un à un, des cheveux de la statue. Tout cela, grâce à une quinzaine de sculpteurs et surtout Stéphane Barret qui met en avant l’originalité de cette statue : "Le fait qu’il soit torse nu, cela a demandé un peu plus de travail. D’habitude, la tête en cire est cachée par des vêtements, donc la jonction résine – cire ne se voit pas. Il a fallu faire un vrai travail d’ajustement pour que le résultat soit top". Seul l’autre nageur de la collection, Camille Lacourt, n’est composé que de cire. Théo Curin a été placé à ses côtés, sur un plot de piscine.

Une volonté de rajeunir la collection

Une arrivée singulière par l’âge de la personnalité qui fait son entrée dans ce panthéon muséal. À 23 ans, Théo Curin est le plus jeune à voir sa statue être conçue par le musée Grévin. Une volonté de rajeunir la collection et de donner envie à un public plus jeune de venir découvrir le musée : "C’est un sportif qui a beaucoup de talent et qui va encore faire de grandes choses dans les années à venir. Il représente plus que le sport et je pense que ça va faire plaisir à notre public. Il y a une jeunesse extraordinaire qu’on ne remarque pas assez en France, des gens qui ont une énergie comme Théo et on le voit dans ce qu’il fait. Il apporte un plus qui fait vraiment du bien" explique Yves Delhommeau, directeur du musée Grévin.

Mais c’est aussi par le message envoyé par une telle entrée dans le musée qui tend à prouver que la statue de Théo est la plus originale : "C’est une fierté, c’est évident. C’est surtout un énorme message qu’on envoie aux gens qui vont visiter ce musée. Je pense aux étrangers qui vont se dire : « Les Français sont en avance. Ils mettent en avant des profils comme le sien ». Je me dis qu’il se passe quelque chose et il faut continuer ainsi" glisse le nageur. En tout cas, lui, aura fait bouger les choses, même un musée de cire...

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité