Vosges - Journée mondiale de l'eau : selon un hydrologue, "le changement climatique modifie nos règles de consommation"

Lundi 22 Mars, c'est la journée mondiale de l'eau. Il faut sensibiliser la population aux enjeux de l'eau en qualité et en quantité. "Les effets du changement climatique sont considérables", estime un hydrologue.

Le changement climatique modifie les règles de la qualité et de la quantité d'eau disponible.
Le changement climatique modifie les règles de la qualité et de la quantité d'eau disponible. © Yves Quéméner, France télévisions

L’eau est une ressource essentielle. Elle est même au cœur des enjeux de la transition écologique. Et la Journée Mondiale de l’Eau, nous le rappelle chaque année, tous les 22 Mars. "Le changement climatique modifie nos règles de consommation", dit Alain Dupuy, hydrologue. Les épisodes répétés de sécheresse et de précipitations violentes, le changement climatique, nous obligent à revoir nos façons de produire et consommer l’eau. "Pour les fermes vosgiennes, il n'y’a déjà plus d'eau l'été et c’est du jamais vu. La prise de conscience n’est pas encore suffisamment forte pour remettre en cause nos pratiques en terme de consommation et surtout en terme de qualité", explique Jean-François Fleck, le président de Vosges-Nature-Environnement.

Première réponse au défi climatique

La quasi-totalité des Français, 89%, interrogée dans le cadre d’une enquête menée par Kantar pour le Centre d’information sur l’eau, se dit "attentive aux quantités d’eau consommées. Cette adhésion massive en faveur d’une  consommation plus raisonnée de l’eau est inspirée par une volonté de protéger l’environnement". A moyen terme, un quart de la population mondiale aura des difficultés d'approvisionnement en eau de bonne qualité. "Sur la planète, l'eau est inégalement distribuée. Ainsi, le problème qui s'accentue, est sur l'usage que l'on en fait. Maîtriser sa consommation d'eau apparaît comme une évidence pour la sauvegarde des ressources en eau et de l'environnement", ajoute Alain Dupuy.

 

 

L’exploitation intensive des nappes phréatiques vosgiennes reste un combat que connait bien Bernard Schmitt, membre du collectif Eau 88. A Vittel (Vosges), c’est contre le géant Nestlé qu’il a engagé la bataille de l’eau. "Aux Etats-Unis, Nestlé à vendu toutes ses marques d’eau à un fond d’investissement américain. Cela veut dire que l’eau ne nous appartient plus alors que c’est un bien commun. Donc les citoyens ne possèdent plus l’eau".

Le temps presse. Le changement climatique modifie les règles

Alain Dupuy

L’enjeu est également environnemental. A Golbey (Vosges), c’est contre un projet de ligne de production de carton ondulé par l’industriel Norske Skog qu’un autre collectif s’est constitué. "La consommation d’eau du site est l’équivalent de ce qui est facturé pour tous les habitants d’Épinal. C'est une consommation énorme pour un site industriel", précise Antoine Deltour, membre du collectif Agir pour l’environnement.

Une consommation d’eau maîtrisée et responsable

Le baromètre Kantar "les Français et l’eau" révèle qu’une majorité de français accepterait d'utiliser une eau issue du recyclage des eaux usées. Ainsi, 87% sont prêts à utiliser une eau du robinet issue du recyclage des eaux usées pour leurs usages domestiques (hygiène, sanitaire, nettoyage...), 78% sont disposés à consommer des légumes arrosés avec des eaux dépolluées.

Selon les Nations unies, près de 52 % de la population mondiale risque de devoir vivre en subissant les effets d’une pénurie d’eau d’ici 2050.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie nature alimentation société agro-alimentaire agriculture économie social