Le ginkgo biloba, cet arbre qui a inspiré l'Art Nouveau et l'école de Nancy dans sa tendance japonisante (3/12)

C'est un mouvement artistique qui ne dura qu'une trentaine d'années. Débuté en 1884, c'est l'arrivée de la Première Guerre mondiale qui y mit un terme. L'École de Nancy, courant de l'Art Nouveau fédère des artistes, artisans et petits industriels autour d'un thème commun la nature. Voici le ginkgo.

Une des plantes qui évoque le Japon : le Ginkgo biloba
Une des plantes qui évoque le Japon : le Ginkgo biloba © Florence Houvet /FTV

Le ginkgo ou ginko, est un magnifique arbre, qui peut atteindre 25 mètres de hauteur et qui répond aux doux noms "d'arbre aux 40 écus" ou "arbre des pagodes". On le reconnaît surtout à sa feuille en forme de palme ou d'éventail. Cet arbre, vénéré en Asie a été introduit en Europe au XVIIIe siècle. Il est considéré par les botanistes, comme un fossile vivant puisqu'il existait déjà à la fin de l'ère primaire.

Une vague nippone

C'est l'époque qui veut ça. Fin XIX, début XXe, à travers les expositions universelles et coloniales, le tout-Paris découvre et s'arrache les oeuvres "exotiques". Le Japon n'échappe pas à cette règle et ses arts deviennent top tendance. Ses estampes, ses céramiques influencent les artistes. L'École de Nancy ne déroge pas à cette influence et se laisse emporter par la vague japonisante. Les plantes exotiques font l'objet d'études de la société centrale d'horticulture de Nancy. Parmi elles, le gingko avec sa feuille au dessin si harmonieux, rappelant la forme des éventails, l'élément "fashion" par excellence. A tel point qu'on en crée des versions décoratives en céramique.

 

 

La boucle sera bouclée entre le Japon, l'horticulture et l'École de Nancy, quand Hokkai Takashima, botaniste japonais, vient parfaire ses études à l'École Forestière de Nancy de 1885 à 1888. Á l'instar des artistes de l'École de Nancy,  qui deviendront ses amis et collègues, il est à la fois spécialiste de la flore de son pays, mais aussi peintre et illustrateur. Son influence sera notable sur Camille Martin et Louis Hestaux, mais aussi sur Emile Gallé et ses condisciples, tous amoureux de ce qu'ils nomment "le pays des chrysanthèmes" (source academie stanislas.org).

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par VeniVidiParis (@venividiparis)

Une once de merchandising

En 2021, ce sont les influenceurs de mode sur les réseaux sociaux qui guident les choix vestimentaires, décoratifs de nos contemporains. Les artistes - on dirait "designers" aujourd'hui - de l'École de Nancy jouent ce même rôle de faiseurs de modes à la fin du XIXe siècle. Les commerçants d'alors, ne s'y trompent pas et parent leurs commerces d'atours style Art Nouveau : le marchand de vin fait décorer l'extérieur et l'intérieur de sa boutique avec des vignes et du raisin et le grainetier a l'embarras du choix dans la parure de son échoppe, il n'a qu'à jouer à plouf-plouf dans son catalogue de fleurs. 

Le pharmacien aussi avait de multiples possibilités offertes par les plantes médicinales, ainsi la pharmacie Centrale de Nancy s'est ornée de fleurs de pavot tout comme la pharmacie Jacques - mais nous en parlerons dans l'article du mois prochain -  pour évoquer ses bienfaits apaisants. D'autres pharmacies ont suivi la tendance.

La pharmacie du Ginkgo, rue des Dominicains à Nancy
La pharmacie du Ginkgo, rue des Dominicains à Nancy © Sophie Gueffier/FTV/Avec l'aimable autorisation de la propriétaire

Pourtant monsieur Monal, le propriétaire de la future pharmacie du ginkgo, construite en 1916, n'a pas raisonné ainsi. Il a voulu se faire plaisir avant tout en choisissant la feuille du ginkgo, tout simplement parce qu'elle était à son goût. D'ailleurs, selon la pharmacienne, madame Doucey, actuelle propriétaire de l'officine, les vertus pharmaceutiques du gingko n'étaient alors pas reconnues. Le ginkgo n'est entré dans la pharmacopée que bien plus tard. 

La logique pharmaceutique est quand même respectée à l'intérieur de la pharmacie, et de nombreux autres motifs floraux ont été choisis pour leurs vertus médicinales : comme la bryone dioïque et la morelle douce-amère !

La mosaïque au sol porte actuellement marques de distanciations sociales relatives aux mesures sanitaires contre le covid19.
La mosaïque au sol porte actuellement marques de distanciations sociales relatives aux mesures sanitaires contre le covid19. © Sophie Gueffier/FTV/Avec l'aimable autorisation de la propriétaire
Les plaques de portes (ou plaques de propreté) d'un placard intérieur de la pharmacie portent aussi le motif du ginkgo
Les plaques de portes (ou plaques de propreté) d'un placard intérieur de la pharmacie portent aussi le motif du ginkgo © Sophie Gueffier/FTV/Avec l'aimable autorisation de la propriétaire

Le comptoir, les placards et étagères, l'ensemble des meubles en boiserie ont été réalisés en acajou par Louis Majorelle.

Détail de la porte extérieure donnant accès au logement accolé à la pharmacie du Ginkgo
Détail de la porte extérieure donnant accès au logement accolé à la pharmacie du Ginkgo © Sophie Gueffier/FTV/Avec l'aimable autorisation de la propriétaire
La même porte en plan plus large avec les décors de gingko.
La même porte en plan plus large avec les décors de gingko. © Sophie Gueffier/FTV/Avec l'aimable autorisation de la propriétaire

Malgré les fortes influences japonisantes de l'École de Nancy, il reste rare de trouver des représentations du ginkgo sur Nancy même. Et malgré l'aide experte des responsables de collections Art Nouveau des musées de Nancy, nous n'avons pas trouvé d'oeuvres dans leurs fonds.

Trois autres lieux l'ont cependant mis à l'honneur :

la salle des séances où se trouvait la corbeille de la Bourse de Nancy à la CCI 54,

Les feuilles de ginkgo biloba ornent les plafond de la salle de la "corbeillee" de la Bourse de Nancy et de la "salle Lyautey".
Les feuilles de ginkgo biloba ornent les plafond de la salle de la "corbeillee" de la Bourse de Nancy et de la "salle Lyautey". © Sophie Gueffier /FTV / Avec l'aimable autorisation de la CCI 54

le siège de la banque BNP Paribas, où vous pouvez les admirer sur les piliers de l'entrée (ancienne banque Renauld à l'angle de la rue Saint-Jean et de la rue Chanzy, sous la place Maginot),

Les feuilles de ginkgo ceinturent tous les piliers de l'entrée de la banque.
Les feuilles de ginkgo ceinturent tous les piliers de l'entrée de la banque. © Florence Houvet / FTV

et enfin la Brasserie Excelsior sur ses vitraux. Voici un blog où vous retrouverez ces lieux présentés différement (attention il s'y glisse une petite erreur sur la photo de l'entrée du musée de l'École de Nancy).

Détail extérieur d'un vitrail de la brasserie l'Excelsior à Nancy
Détail extérieur d'un vitrail de la brasserie l'Excelsior à Nancy © Sophie Gueffier/FTV/

Au gré de nos recherches, nous avons également déniché cette paire d'appliques, pour lesquelles les indications sont si imprécises, qu'on ne saurait les attribuer avec certitude à un artiste de l'École de Nancy. Les voici malgré tout pour le plaisir des yeux.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par philippe Wingerter (@billbroc_antique_dealer)

Une lampe tulipe signée Daum.

Ou encore sur une faïence représentant une branche et la lune 

Un tantinet compliqué à prononcer et à orthographie, le ginkgo n'est pas l'ami des dyslexiques
Un tantinet compliqué à prononcer et à orthographie, le ginkgo n'est pas l'ami des dyslexiques © Florence Houvet/FTV

Le mois prochain, nous nous pencherons sur le pavot qui orne justement d'autres pharmacies.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture nature musée