Meurthe-et-Moselle : l'association le Café Fripé lance un financement participatif pour aider les plus démunis

Ouvert en 2018 et privé de ressources avec la crise sanitaire, l'espace social et solidaire de l'association le Café Fripé pourrait disparaître. Pour continuer à offrir des vêtements et des produits d’hygiène aux plus démunis, elle a lancé un financement participatif le 31 mars dernier.

Le café Fripé à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle).
Le café Fripé à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle). © Le café Fripé

C’est un appel à l’aide que l'association le Café Fripé lance aux internautes le 31 mai 2021.
Fondée en 2018 à Tomblaine, l’association organise au départ, des friperies solidaires et une permanence hebdomadaire. Mais très rapidement, son activité se développe. Pour répondre à la demande croissante, durant le premier confinement, ses bénévoles s’installent aux "Trois petits points", un bar, fermé, de Nancy. Ils y proposent une aide entièrement gratuite pour les sans-abris et les plus démunis comme des boissons chaudes, un espace de repos, mais surtout des vêtements et des produits d’hygiène.

Coup de main demandé aux internautes

"Le bar nous a généreusement prêté ses locaux le temps de la fermeture, mais c’est une situation temporaire. On a besoin de locaux, mais si on peut payer les charges, on ne peut pas payer le loyer. Nous avons besoin d’un coup de main", explique Sophie Bellot, dite Filou, sa fondatrice.

Seul problème, avec la crise sanitaire et les confinements successifs, le Café Fripé a perdu son unique source de revenus : les friperies organisées chaque mois .
"Financièrement on ne peut plus s’en sortir, on a aucune rentrée d’argent et aucune subvention, car nous sommes une trop petite association." 

On fait du bien matériellement, mais aussi psychologiquement. 

Sophie Bellot, dite Filou, fondatrice du Café Fripé.

Mais si l’argent vient lui à manquer, les besoins sont, eux, considérables. Ils ont même augmenté avec la crise sanitaire, c’est le constat de la fondatrice du Café Fripé.
"On est nécessaire ! Au-delà des besoins des sans-abris en termes de vêtements ou d’hygiène, toutes les personnes qui étaient en situation précaire le sont encore plus aujourd’hui. La crise a fragilisé les étudiants, les personnes à temps partiel et les familles monoparentales. On s’invente, on se développe au fur et à mesure des besoins, des attentes. On fait du bien matériellement, mais aussi psychologiquement."

Pour poursuivre son action et surtout s’installer dans ses propres locaux, le Café Fripé vient de lancer une cagnotte participative en ligne. Le principe : faire un don ponctuel ou mensuel, d’un montant libre, sur le site helloassoc.com

Une aide économique essentielle pour certains foyers, mais la philosophie du Café Fripé est aussi de recréer du lien social.

"Nos bénéficiaires ont aussi un besoin de partage, d’écoute. Souvent ces personnes qui nous sont envoyées par les centres communaux d’action sociale (CCAS) et les Restos du Coeur proposent de donner un coup de main. Il y a un vrai esprit de solidarité." Que l'association, grâce à vos dons, espère pérenniser.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société