Nancy : confinement, l'acte II en images

Comme un air de déjà vu, ce nouveau confinement, qui a pris effet jeudi 29 octobre 2020 ressemble-t-il pour autant au premier ? Pas vraiment : la preuve par l’image à Nancy.
La rue Saint-Jean de Nancy, artère très commerçante du centre ville, quasi déserte lors du second confinement.
La rue Saint-Jean de Nancy, artère très commerçante du centre ville, quasi déserte lors du second confinement. © Stéphane Matuchet - France Télévisions
C’est un peu comme un mauvais film qu’on n’aimerait pas franchement revoir. Utopia ou ce magasin de vêtements du centre ville de Nancy, considéré comme non essentiel, Utopia est à nouveau fermé depuis le 29 octobre 2020 jusqu’au 1er décembre, emprisonnant ses mannequins entre quatre murs , empêchant le chaland de se laisser tenter par quelques achats d’automne, réconfortants peut-être en cette période anxiogène de crise sanitaire.
Un magasin de prêt à porter du centre-ville de Nancy, fermé comme tous les commerces non essentiels lors du second confinement
Un magasin de prêt à porter du centre-ville de Nancy, fermé comme tous les commerces non essentiels lors du second confinement © Stéphane Matuchet - France Télévisions
Rue Saint Jean : ils sont nombreux ces magasins comme Utopia à avoir baissé leurs rideaux. Fermés pour cause de confinement. Encore. A nouveau. Désertant la rue la plus commerçante de Nancy de ses passants. Rares, étaient-ils hier à vouloir lécher des vitrines impossibles à déshabiller. Alors oui, rue Saint-Jean,  ce nouveau confinement ressemble au premier. Quelques rares nancéiens déambulant comme des survivants dans la rue, attirés par les quelques rares commerces encore ouverts, ceux que l’on considère comme essentiels.

Très peu de vie Place Stanislas

Essentielle : oui, est la place Stanislas de Nancy. Epicentre de la ville. Point névralgique de toutes ces manifestations. Là encore, comme un symbole du confinement, de la vie qui s’arrête : le démontage du jardin éphémère et de ses scènes végétales qui embellissent de verdure la place, depuis le 12 septembre. En ce jour des morts, les jardiniers de la ville font le show d’un spectacle bien triste. Une place qui se vide de vie.
Le jardin éphémère de la Place Stanislas bientôt démonté lors du second confinement.
Le jardin éphémère de la Place Stanislas bientôt démonté lors du second confinement. © Stéphane Matuchet - France Télévisions

La Pép désertique!

A deux pas : le parc de la pépinière, habituellement rempli, d’autant que le soleil joue les prolongations en ce 2 novembre 2020, avec des températures flirtant avec les 21 degrés. Quelle chaleur ! Et pourtant, le parc est presque désertique. Ici ou là, un promeneur.
Les promeneurs sont de plus en plus rares au parc de la Pépinière de Nancy.
Les promeneurs sont de plus en plus rares au parc de la Pépinière de Nancy. © Stéphane Matuchet - France Télévisions
Le parc de la Pépinière à Nancy : confinement acte II
Le parc de la Pépinière à Nancy : confinement acte II © Stéphane Matuchet- France Télévisions

Il fait beau, mais quelle tristesse !

Heureusement, on reprend vie  au parc Sainte Marie.  Que de monde ! On croit rêver. Pourquoi ce parc fait-il exception ? Forcément on s’interroge. A croire que tous les Nancéiens se sont donnés rendez-vous dans cet endroit où le confinement n’existerait pas?  Ici, c’est la vraie vie. On joue au basket, au ping pong... On bouge. On profite.
Seul le parc Sainte-Marie de Nancy est vivant en ce lundi 2 novembre 2020, en plein confinement
Seul le parc Sainte-Marie de Nancy est vivant en ce lundi 2 novembre 2020, en plein confinement © Stéphane Matuchet - France Télévisions
Les aires de jeu du parc Sainte-Marie de Nancy très prisées alors que le second confinement n'a que quelques jours.
Les aires de jeu du parc Sainte-Marie de Nancy très prisées alors que le second confinement n'a que quelques jours. © Stéphane Matuchet - France Télévisions
Et là, on revit. Un peu. En se disant que ce nouveau confinement n’a rien à voir avec le précédent. C’est déjà ça!  
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société confinement coronavirus/covid-19