Nancy : ouverture du vaccinodrome au centre Prouvé mais avec seulement 3.500 doses par semaine au lieu de 2.000 par jour

Un vaccinodrome ouvre à Nancy au Centre Prouvé ce samedi 17 avril. Il devrait permettre d’augmenter les capacités vaccinales à 2.000 doses quotidiennes. Toutefois, en l’état actuel des choses, il n’y aura pas assez de doses pour faire fonctionner ce méga centre à plein régime.

Box de vaccination à Nancy au Centre de congrès Prouvé en janvier 2020 pour les + de 75 ans.
Box de vaccination à Nancy au Centre de congrès Prouvé en janvier 2020 pour les + de 75 ans. © FTV Nancy

Organisé par le SDIS (Service Départemental d'Incendie et de Secours) et les médecins libéraux, avec le concours du Grand Nancy, un vaccinodrome ouvre au Centre Prouvé, samedi 17 avril 2021. Il devrait permettre d’augmenter les capacités vaccinales à 2.000 doses par jour, alors que seulement 3.500 doses sont prévues par semaine.

Mathieu Klein, maire de Nancy, président de la Métropole du Grand Nancy et président du Conseil de Surveillance du CHRU demande un approvisionnement plus conséquent et réparti en fonction du taux d’incidence des territoires. Dans un communiqué, il rappelle une situation très tendue : "le Grand Nancy est actuellement l’une des métropoles les plus touchées de France, avec un taux d’incidence de 370,8 pour l’ensemble de la population et de 241 pour les personnes âgées de plus de 65 ans, le plus fort taux de la région. Le nombre de patients Covid au CHRU ne cesse quant à lui d’augmenter."

 

Il faut un discours de vérité et de transparence.

Mathieu Klein, maire de Nancy

Point sur l’épidémie de Covid-19

Le porte-parole du gouvernement a reconnu hier la situation particulièrement préoccupante du Grand Est et de la Meurthe-et-Moselle. "Dans ce contexte particulièrement inquiétant, la solidarité territoriale et nationale, qui a pu prévaloir par le passé, doit s'appliquer sans délais", explique Mathieu Klein. "Les territoires les plus touchés doivent pouvoir bénéficier de doses de vaccins supplémentaires."

Pour le maire de Nancy, la stratégie vaccinale doit s’adapter en temps réel à la circulation du virus. La Métropole du Grand Nancy est prête à vacciner davantage. Ses centres sont en sous régime. Par ailleurs, la décision de substituer des vaccins ARN à l’AstraZeneca en seconde injection et l'ouverture de la vaccination à de nouveaux publics, créé de nouveaux besoins non compensés par des approvisionnements en conséquence. Les élus n’ont pas de visibilité pour la suite.

"La difficulté persistante à répondre favorablement aux demandes de rendez-vous des habitants éligibles à la vaccination est source d'incompréhension et, parfois, de colère des habitants", insiste le premier magistrat de Nancy. "Pourquoi annoncer ouvrir la vaccination à de nouveaux publics alors que les doses suffisantes ne sont pas au rendez-vous ?"

Un embouteillage le weekend ?

Et la situation risque de se compliquer encore davantage ce week-end. En visite ce jeudi 15 avril dans un centre de vaccination à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), Jean Castex a annoncé que des "créneaux dédiés" de vaccination allaient être ouverts dès ce week-end pour 400.000 professionnels âgés de plus de 55 ans. Les professeurs des écoles et des collèges, les AESH, les atsem, les professionnels de la protection de l'enfance, de la protection judiciaire de la jeunesse, les policiers, les gendarmes, les surveillants de l'Administration pénitentiaire sont notamment concernés. "Cette mobilisation de créneaux pour ces professionnels durera a minima deux semaines, y compris les week-end", a expliqué le chef du gouvernement. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société