Nancy : se déplacer pendant les travaux du tramway Bombardier

Dès ce lundi 26 juillet, une nouvelle organisation de la ligne T1 est mise en place par le réseau Stan à Nancy. Les perturbations sur la ligne devraient se poursuivre jusqu’au 22 août.
La première partie des travaux sur la ligne T1 s'achève le 25 juillet.
La première partie des travaux sur la ligne T1 s'achève le 25 juillet. © Dominique Duforest, France 3 Lorraine

Les travaux progressent lentement, mais sûrement. Les usagers du TVR Bombardier de Nancy vont pouvoir se déplacer un peu plus facilement dès lundi prochain. En effet, les travaux engagés sur la ligne T1 sont terminés entre Essey Mouzimpré et Vandoeuvre CHU Bradois.

Mais attention, c’est au tour de l’autre partie de la ligne, de Nancy Gare à Vandoeuvre CHU Bradois, de subir des aménagements. Des travaux de maintenance y seront menés du 26 juillet jusqu’au 22 août. Les différents arrêts de la ligne seront assurés par le passage toutes les dix minutes du bus T1, mis en place par le réseau Stan.

Un Bombardier qui se fait vieux

À Nancy, la rénovation des rames a été décidée en 2013. Les galets de guidage subissent régulièrement des chocs en raison de la faible garde au sol des véhicules, les rails s’usent, et la chaleur peut modifier le bitume. Un marché de sept millions d'euros avait été attribué à la société Arterail afin de rénover l'intérieur et l'extérieur des rames en circulation, pour leur permettre de circuler une dizaine d'années supplémentaires.

21 ans d’existence à Nancy

Aujourd’hui si le TVR Bombardier se fait vieux, il n’est pourtant pas prêt de prendre sa retraite. Alors qu’il devait définitivement faire ses adieux aux Nancéens le 31 décembre 2020, soit tout juste 20 ans après son inauguration en 2000 par Bernadette Chirac, le TVR fait encore partie du paysage en 2021, et pour encore quelques années.

Une retraite compromise par la pandémie

En effet, le projet de remplacement du TVR par un tramway fer a été progressivement abandonné. Sous l’ancienne majorité le coût du projet était chiffré à près de 530 M€ TTC. Une petite fortune pour la collectivité, dont le budget a été durement touché par la crise sanitaire. Avec la crise du covid 19, les habitudes des usagers ont également changé. Beaucoup d’entre eux fuient les transports publics, préférant prendre leur voiture individuelle, ou un vélo.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie covid-19 santé société