Pagney-derrière-Barine : une boutique en ligne pour soutenir Chez Paulette, le mythique pub rock

Pour payer les factures mais surtout pour garder le lien avec le public, Chez Paulette, le célèbre café-concert de Pagney-derrière-Barine à côté de Toul, s’est mis aux produits dérivés. Des tee-shirts ou sacs à l’esprit rock, à offrir pour ce noël 2020.
 
Vus et approuvés par la doyenne.
Vus et approuvés par la doyenne. © Didier Bert
Paulette a "les boules" de ne plus pouvoir faire de concerts. C’est ce qui s’affiche en ouverture de son site internet. Alors elle en vend, des boules ! Une jolie boule de noël rouge estampillée "Paulette pub rock since 1969". C’est un des produits dérivés lancé par le célèbre café de Pagney-derrière-Barine à côté de Toul.

Garder le lien

Ici, on fait jouer des musiciens depuis 51 ans. L’activité est à l’arrêt et le silence pèse. Mais pas question de remettre en cause les mesures sanitaires. D’autant qu'on tient à protéger la créatrice des lieux, Paulette, 97 ans désormais. Son fils Luc, qui a pris sa suite, explique : "Ce qui représente le plus Chez Paulette c’est l’accueil. C’est vraiment le domaine où on est le plus fort parce que c’est une entreprise familiale. On reçoit les clients comme des potes. Ce tissu social nous manque vraiment."
Pour tenir le coup, le pub a lancé sa boutique sur internet, sur une idée de la petite-fille de Paulette. Tee-shirts, casquettes, gourdes ou sacs rockabilly… Le tout siglé "Chez Paulette". Pas de quoi vivre mais juste tenir le coup. Au mieux, cela représente 10% du chiffre d’affaire mais il s’agit aussi de garder le lien avec une clientèle fidèle.
Siglés Paulette de la tête aux pieds.
Siglés Paulette de la tête aux pieds. © Didier Bert

Des concerts complets reportés

Autour d’un café dans le bar vide, Paulette, son mari Yves et son fils se rappellent des souvenirs. Comme ces trois mois de fermeture administrative en 1971 pour se remettre aux normes. A ce moment-là, l’incendie du Cinq-sept, une discothèque d’Isère, vient de faire 146 morts et pousse les autorités à renforcer les mesures de sécurité des salles de concert.
"Début 2020, l’année avait démarré fort, on était heureux", raconte Luc Bortolotti. La salle a tout de même pu accueillir quatre concerts entre les deux confinements. Mais avec une jauge divisée par trois, il était difficile de maintenir les évènements. D’autant que l’établissement est classé administrativement dans les débits de boisson.

On manque de bruit, on manque de chaleur humaine, on manque de son.

Luc Bortolotti, gérant de Chez Paulette

Si le gérant est plus serein que pendant le premier confinement grâce aux promesses d’aides, notamment de la Région, il ne sait pas quand il va pouvoir reprogrammer des groupes. Le tribute à Linkin park prévu le 9 janvier prochain et qui affichait complet va sûrement devoir être reporté.

La salle de concert est désespérément vide depuis plusieurs semaines.
La salle de concert est désespérément vide depuis plusieurs semaines. © Grégory Boileau

Marché de noël virtuel

Pas question de se lamenter pour autant. Ils travaillent à la suite. Sur leur site internet, ils proposent également un marché de noël virtuel avec des liens vers les œuvres d’artistes indépendants amis, histoire de "ramer ensemble".
Sur un des murs du bar, trône une photo géniale du photographe nancéien JYM. On y voit Paulette en marinière avec un livre sur Sid Vicious entre les mains. Si, ici, on aime les Sex pistols, on voudrait bien que cette période "no future" ne dure pas trop longtemps.
"On est en sommeil mais on n’est pas morts. On s’endort gentiment mais on va se réveiller", relativise Luc Bortolotti.
De toute façon, Paulette affirme qu’à 97 ans, elle n’a pas dit son dernier mot : "je vais les emmerder jusqu’au bout".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture société crise économique économie solidarité coronavirus - confinement : envie d'évasion santé