Pénurie de médicaments : antibiotiques, corticoïdes, antidiabétiques, les pharmaciens toujours confrontés à de fortes tensions

Quels sont les médicaments en tension en Lorraine ? Antibiotiques, corticoïdes ou encore antidiabétiques, les pharmaciens de la région sont toujours confrontés à de fortes tensions sur certains médicaments, on fait le point.

Voilà maintenant plus d’un an que les pharmaciens se battent contre cette crise. Le 25 janvier 2024, l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé publie son rapport et le résultat est sans appel : en 2023, elle a enregistré une augmentation des signalements de ruptures de stock et de risque de rupture de stock avec 4 925 déclarations contre 3 761 signalements en 2022. Si l’année 2024 ne fait que commencer, les professionnels de santé s’inquiètent. En Lorraine, certains médicaments sont particulièrement en tension.

L'amoxicilline, toujours en tension sur le territoire

C’est le cas de l'amoxicilline. Sur l’ensemble des pharmaciens que nous avons interrogés, tous ont eu des problèmes de stock concernant cet antibiotique. Rachel Le Paige, pharmacienne à Corcieux et vice-présidente du conseil de l’Ordre des pharmaciens Grand Est précise : “Dans mon cas, il y a bien une rupture de ce produit, mais c’est surtout sous la forme de sirop pour les enfants”. Certains de ses confrères, qui ont aussi observé la rupture sur ces derniers mois, commencent à voir une amélioration : “L’amoxicilline, ça commence un peu à rentrer”, raconte Éric Schiltz, coprésident de la FSPF 57 (Fédération des syndicats pharmaceutiques de France). Un propos partagé par Alain Sonzogni, pharmacien à Vandoeuvre : “L’antibiotique est régulièrement en rupture de stock mais ça semble aller mieux en ce moment”, assure l’homme.

Les antidiabétiques manquent à l'appel

Une gamme de médicaments est particulièrement sujette au manque de stock et cela inquiète les professionnels de santé, les antidiabétiques. Un nom de médicament revient dans toutes les bouches : Trulicity, un antidiabétique injectable utilisé dans le traitement du diabète de type 2. “Les antidiabétiques injectables, dont ce médicament, ont été détournés de leur usage. Cela devient vraiment compliqué, même au niveau de l’insuline”, prévient Alain Sonzogni. Mégane, pharmacienne en Meurthe-et-Moselle ajoute : “Quand je regarde sur le site Vigirupture, l’endroit le plus proche où on peut trouver le médicament Trulicity est à Strasbourg”. Un constat similaire pour Rachel Le Paige qui précise : “Les ruptures se situent actuellement beaucoup sur les injections mais il y a aussi les comprimés. Concernant l’insuline, il y a des tensions”.

Et si les pharmaciens sont si soucieux, c’est que cette maladie nécessite une prise de médicament de manière chronique. L'arrêt brutal du traitement peut ainsi occasionner un déséquilibre rapide du diabète.

Le Pivalone en rupture de stock

Enfin, la majorité des pharmaciens interrogés remarquent une forte tension sur le Pivalone, un médicament utilisé par voie nasale qui contient un corticoïde. “En ce moment, il y a plein de rhumes, des rhinites, du coup les médecins prescrivent beaucoup ce médicament. On est en rupture absolue et on n’arrive pas forcément à le remplacer”, avertit Mégane. Même son de cloche pour Éric Schiltz : “Le Pivalone, ça ne va pas, c’est en rupture, nous sommes obligés de faire autrement”.

Antibiotiques oculaires, médicaments pour les maladies cardiovasculaires ou encore médicaments pour l’asthme sont aussi concernés par les pénuries.

Dans ce contexte de crise, le gouvernement a annoncé, ce jeudi 22 février 2024 la feuille de route 2024-2027 pour “garantir la disponibilité des médicaments et assurer à plus long terme une souveraineté industrielle”. Des propositions plutôt bien accueillies par l’Ordre des pharmaciens.