REPLAY - Revivez un match de légende, la finale de la Coupe de France 1978 : AS Nancy Lorraine – OGC Nice

Ce sont des matchs qui nous ont fait vibrer, des rencontres qui restent dans la mémoire collective. France 3 Grand Est vous fait revivre ces émotions. Revivez le match AS Nancy Lorraine - OGC Nice.

Les footballeurs de l'équipe de Nancy avec leur trophée après avoir remporté la finale de la Coupe de France contre Nice, le 13 mai 1978, au Parc des Princes, à Paris.
Les footballeurs de l'équipe de Nancy avec leur trophée après avoir remporté la finale de la Coupe de France contre Nice, le 13 mai 1978, au Parc des Princes, à Paris. © Georges Bendrihem. AFP
Il y a quarante-deux ans en 1978 la finale de la Coupe de France de Football oppose Nancy à Nice. Il s’agit de la première finale du club lorrain, onze ans après la création du club. Grâce à son tout jeune capitaine et meneur de jeu Michel Platini, Nancy décroche ce soir-là au Parc des Princes devant 46.000 personnes le plus beau trophée du club, la seule Coupe de France du club lorrain.  
 
Le capitaine de l'équipe Nancy-Lorraine Michel Platini brandit la Coupe de France.
Le capitaine de l'équipe Nancy-Lorraine Michel Platini brandit la Coupe de France. © Georges Bendrihem - AFP

Grand moment pour l'ASNL. Après un travail sur le côté gauche, Rubio adresse ue frappe centrée précise à Platini. Ce dernier, dos au but, reçoit le ballon au milieu du tandem yougoslave, Zambelli et Katalinski. Les qualités du meneur de jeu de l'équipe de France font alors la différence. Platini se faufile, efface ses deux adversaires et trompe, d'une frappe millimétrée, Dominique Baratelli à la 57e seconde. Michel Platini offre la Coupe de France à  Nancy et la qualification pour la Coupe d'Europe l'année suivante.

Une victoire amère

La joie des joueurs de l'ASNL est immense, la frustration l'est tout autant. Car si Michel Platini va chercher la coupe dans la tribune présidentielle, les autres joueurs ne peuvent pas y accéder. Protocole oblige. Un moment douloureux qui est profondément ancré dans la mémoire de l'ailier Olivier Rouyer. Il raconte dans une interview à France Bleu : "On regardait. J'avais qu'une envie, bousculer tout le monde et monter [...] J'aurais pu être méchant. C'était dégueulasse pour nous." Le protocole a depuis changé, permettant aux équipes, au complet, de soulever la coupe ensemble.

Pour revoir ce match de légende c'est ici
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région grand est football sport coupe de france