RER Métropolitain : les agglomérations de Metz, Nancy et Thionville, peuvent-elles bénéficier des annonces d'Emmanuel Macron ?

Publié le

Le chef de l'État a annoncé dimanche 27 novembre vouloir développer un équivalent du RER francilien dans dix métropoles françaises. L’objectif, réduire les émissions de CO2. Le Sillon lorrain, qui s’articule autour de Nancy (Meurthe-et-Moselle) et Metz (Moselle) jusqu'au Luxembourg, souhaite se greffer au projet avec un Réseau Express Métropolitain Européen à l’horizon 2030.

Emmanuel Macron a exposé dimanche 27 novembre 2022 son souhait de développer un réseau de RER dans dix métropoles en France. Il a notamment annoncé sa volonté d'accélérer les projets déjà existants.

Si le chef de l'État n’a pas spécifiquement nommé les villes dans lesquelles il souhaite implanter ces nouveaux réseaux de transports en commun, le Sillon lorrain ambitionne de créer un Réseau Express Métropolitain Européen sur l'axe Nancy-Metz-Thionville-Luxembourg d’ici à 2030.

12.000 personnes empruntent chaque jour le TER Nancy-Metz-Luxembourg

C’est l’une des lignes les plus fréquentées de France. Près de 12.000 personnes empruntent chaque jour la ligne TER Nancy-Metz-Luxembourg. En heure de pointe, il représente 660 personnes assises par train et parfois 200 à 300 debout. La ligne, parfois saturée, rencontre des pannes et retards fréquents. Même constat sur l’autoroute A31, l’un des axes routiers les plus engorgés du pays, qui relie la frontière franco-luxembourgeoise.

C'est un enjeu de taille car 110.000 personnes font déjà le trajet chaque jour entre le nord de la Lorraine et le Luxembourg, elles seront jusqu'à 200.000 en 2040

Mathieu Klein, maire PS de Nancy et président du Sillon lorrain

Un train toutes les 15 minutes et plus de passages le soir entre Nancy, Metz, Thionville et Luxembourg ? L’utopie pourrait devenir réalité dans une dizaine d’années. C’est en tout cas l’objectif de Mathieu Klein, maire socialiste de Nancy (Meurthe-et-Moselle) et président du Sillon lorrain. À l’instar de Strasbourg (Bas-Rhin), qui inaugure son Réseau Express Métropolitain Européen (REME) le 11 décembre, le pôle métropolitain européen du Sillon lorrain planche sur un projet visant à remplacer les TER d’ici à 2030. 

"Nous sommes entrain d'écrire à Emmanuel Macron et espérons être éligibles à cet investissement de l'État. Le Sillon lorrain est un bassin de vie important, il nous parait donc nécessaire de développer de nouveaux transports décarbonés sur l'axe Nancy-Metz-Thionville-Luxembourg. C'est un enjeu de taille car 110.000 personnes font déjà le trajet chaque jour entre le nord de la Lorraine et le Luxembourg, elles seront jusqu'à 200.000 en 2040", souligne Mathieu Klein.

Dans un projet global encouragé par l’État, il sera plus facile pour nous d’accélérer les choses

Patrick Hatzig, conseiller municipal délégué au schéma des mobilités à Nancy

Cette alternative à la voiture permettrait de réduire les émissions de CO2 dans un bassin de vie qui représente plus d’1,5 million d’habitants. "Nous travaillons déjà sur le projet d’un Réseau Express Métropolitain Européen sur le Sillon lorrain à l’horizon 2030-2035. Dans un projet global encouragé par l’État, il sera plus facile pour nous d’accélérer les choses", soutient Patrick Hatzig, conseiller municipal délégué au schéma des mobilités à Nancy.

Il faudra développer le ferroviaire mais aussi tout le réseau de transports en commun, comme les trams, les bus et les pistes cyclables

Louis Blaise, président de l’Association des Usagers des Transports en Lorraine (AUT Lorraine)

Du côté des associations d'usagers des transports, l’annonce d’Emmanuel Macron est accueillie favorablement. "L’usager veut de la simplicité, de la régularité, de la fréquence et de l’intermodalité. L’idée est intéressante, encore faut-il que Nancy et Metz travaillent main dans la main et que les territoires ruraux ne soient pas laissés de côté. Il faudra développer le ferroviaire mais aussi tout le réseau de transports en commun, comme les trams, les bus et les pistes cyclables", insiste Louis Blaise, le président de l’Association des Usagers des Transports en Lorraine.

Le chef de l'État n’a pour l’instant fixé aucun calendrier, ni chiffré les investissements nécessaires pour la mise en place de ces réseaux de transport en commun.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité