• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Une “tiquothèque” pour mieux connaître les tiques responsables de la maladie de Lyme

Une tique Ixodes scapularis pouvant transmettre les bactéries Borrelia responsable de la maladie de Lyme.
Une tique Ixodes scapularis pouvant transmettre les bactéries Borrelia responsable de la maladie de Lyme.

C'est la première "tiquothèque" de France, lancée par l'institut national de la recherche agronomique (Inra) à Champenoux en Meurthe-et-Moselle. L'objectif : mieux connaître les tiques vecteurs de maladies, notamment de la maladie de Lyme.

Par Francine Dubail

L'Inra, en 2017, a lancé auprès des particuliers une collecte de tiques pour créer une tiquotèque, dans le but de mieux connaître l'acarien potentiellement vecteur de pathologies, dont la maladie de Lyme.

Plus de 11 000 signalements ont été recensés, dont 7 000 au premier semestre 2018

l'Inra a également proposé au grand public, une application pour smartphones, "signalement Tique", en partenariat avec le ministère de la santé et l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation et du Travail. Depuis l'institut a reçu des milliers de signalements et aussi des tiques.


Les tiques collectées sont stockées à Champenoux, en Meurthe-et-Moselle. Toutes sont analysées, pour savoir si oui ou non elles sont porteuses de la maladie de Lyme.
Des kits de collecte contenant une pince à tique et un tube de stockage sont régulièrement distribués au public arpentant forêts et prairies.

Plus de 3.100 missives ont été reçues au centre de Champenoux.

"Plus on aura d'échantillons, plus on aura d'informations sur la tique, son comportement, sa répartition géographique", déclare Pascale Frey-Klett, directrice de recherche à l'Inra. 

    "Pour avoir une prévention efficace, il faut connaître de manière précise l'écologie des tiques"
 

L'ADN est extrait et étudié dans le laboratoire de Champenoux ou sur un site de l'Inra à Maison-Alfort (Val-de-Marne) qui étudie le parasite suceur de sang.
 

25 000 nouveaux cas

Avec cette collecte, l'institut souhaite recueillir un maximum de données destinées aux chercheurs du monde entier.
Les résultats doivent permettre d'améliorer les connaissances et la prévention.

Il existe près de 900 espèces de tiques dans le monde, mais quelques-unes seulement transmettent des maladies. La plus connue est la borreliose de Lyme, qui peut entraîner notamment fatigue, douleurs articulaires et problèmes cardiovasculaires ou neurologiques.
En France, 25.000 nouveaux cas sont recensés chaque année.

Voici pour finir les 5 bons réflexes à avoir en cas de morsure de tique pour limiter le risque d'infection.
Ne pas appliquer de produit, enlever le plus vite possible la tique à l'aide d'un tire tique, désinfecter et observer la piqûre.
Ne jetez pas la tique ! participez au projet Ci Tiqueet déclarer votre piqûre sur l'application"signalment tique"( é télécharger gratuitement sur votre téléphone) et d'envoyer la tique qui vous a mordu au centre l'Inra de Nancy
5 choses à faire en cas de piqûre de tique
Quelques bons conseils si vous êtes concernés.


 

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus