Vandœuvre-lès-Nancy : suicide d'un délégué syndical dans le magasin Leclerc, le père de Maxime porte plainte

 Lundi matin, plusieurs fleurs ont été disposées le long du mur de l'entrée du magasin Leclerc de Vandoeuvre-les-Nancy. / © JFD, France 3 Lorraine
Lundi matin, plusieurs fleurs ont été disposées le long du mur de l'entrée du magasin Leclerc de Vandoeuvre-les-Nancy. / © JFD, France 3 Lorraine

A Vandœuvre-lès-Nancy, deux jours après le suicide d'un délégué syndical du magasin Leclerc, au travail avec une arme à feu, son père veut connaître la vérité et engage pour cela une procédure judiciaire.
Le drame a suscité une vive émotion notamment auprès des salariés du magasin. 

Par Yves Quemener

Des fleurs ont été déposées devant l'hypermarché Leclerc de Vandœuvre-lès-Nancy, lundi 13 janvier 2020. 
L'hommage à Maxime, 34 ans. Il s'est suicidé samedi matin très tôt à l'intérieur même du magasin, avec une arme à feu. Son père veut savoir pourquoi il a décidé de mettre fin à ses jours. Il engage pour cela une procédure judiciaire.

"La question c’est surtout pourquoi il est passé à l’acte", explique Adrien Perrot, avocat du syndicat FO et spécialiste en droit du travail. 
"Une chose est sûre, cela fait de longs mois qu’il se plaignait de ses conditions de travail et il considérait un de ses supérieurs comme un "bourreau".
"On a un peu peur de ce que l'on va découvrir pendant l'enquête". 
Lundi matin, quelques fleurs devant l'entrée du magasin Leclerc témoigne de l'émotion des salariés après le suicide de Maxime. / © JFD, France 3 Lorraine
Lundi matin, quelques fleurs devant l'entrée du magasin Leclerc témoigne de l'émotion des salariés après le suicide de Maxime. / © JFD, France 3 Lorraine

Cellule psychologique

Deux jours après, la cellule psychologique mise en place samedi est toujours active .
Depuis 8 heures ce lundi matin, des psychologues sont à la disposition des employés du magasin Leclerc.
"Ils viendront dans le magasin pour dialoguer avec les salariés qui en éprouveront le besoin", précise la direction. " Une ligne téléphonique a également été mise en place pour les personnes préférant une assistance téléphonique plus discrète."
 

Harcèlement?

"On fera tout pour connaître la vérité. On ne lâchera rien car le syndicat a la certitude que Maxime a commis ce geste en réaction au comportement de l’un de ses supérieurs", ajoute Adrien Perrot.
"Et on veut que la vérité soit établie".

Une autopsie est attendue pour déterminer l’origine précise du décès de Maxime Chery.
Samedi quelques heures après le drame, le procureur de la République de Nancy, François Pérain, expliquait à France 3 Lorraine que : "l'exploitation de la vidéosurveillance du magasin a permis de constater que l'intéressé avait pris son travail à 5h01, il était vu à 5h13 tirant un transpalette dans le rayon où il travaillait, s'arrêtait, sortait une arme qu'il retournait vers lui avant de tirer".

Rassemblement mardi

Dans un communiqué, le syndicat FO annonce un rassemblement mardi 14 janvier de 10 h à 16 h, sur le rond-point situé devant la grande surface "afin de dénoncer les conditions de travail dans la grande distribution et en particulier au Leclerc de Vandoeuvre".

Dimanche 12 janvier, le syndicat FO Meurthe-et-Moselle a mis en place une cagnotte Leetchi.com destinée aux frais d'obsèques. Une cagnotte qui selon le syndicat servira également "au paiement des frais de justice pour les actions engagées contre son employeur"
Une enquête est ouverte par le parquet de Nancy. Une procédure de recherche des causes de la mort a été demandée.
 

Sur le même sujet

Les + Lus