Vote RN : "Les discours les plus macabres se libèrent", la percée de l’extrême droite inquiète dans les quartiers populaires

durée de la vidéo : 00h02mn13s
À Vandœuvre-lès-Nancy, dans la banlieue de Nancy, plus de 90 nationalités cohabitent. Au moment où le RN atteint des scores historiques en France, de nombreux habitants sont inquiets de la montée du vote d’extrême droite et du racisme dans le pays. ©Reportage de David Bailly et Olivier Bouillon, France Télévisions

À Vandœuvre-lès-Nancy, dans la banlieue de Nancy, plus de 90 nationalités cohabitent. Au moment où le RN atteint des scores historiques en France, de nombreux habitants sont inquiets de la montée du vote d’extrême droite et du racisme dans le pays.

La possible arrivée du Rassemblement national au pouvoir inquiète, notamment dans les banlieues. Les habitants s'alarment de la hausse des voix obtenues par le RN lors du premier scrutin des élections législatives anticipées, le 30 juin 2024. À Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), on compte 30.000 habitants et 15.000 inscrits sur les listes électorales. Ici, pas moins de 95 nationalités différentes se côtoient et la gauche est aux affaires municipales depuis quinze ans.

À Vandœuvre, 2000 votes pour le RN, je ne comprends pas

Pol-Albert Bugnot, président du comité des fêtes

Pol-Albert Bugnot, président du comité des fêtes de la ville, est surpris par le vote des habitants de la commune. “Ici, Stéphane Hablot (candidat NFP-PS) a fait 4643 voix, Emmanuel Lacresse en a fait 1900 (candidat Ensemble) et Geneviève Maillot (Rassemblement National) a fait 2000 voix. À Vandœuvre, 2000 votes pour le RN, je ne comprends pas”, déplore le Vandopérien au micro de France 3 Lorraine.

Les habitants se demandent ce qu’il va se passer au lendemain du second tour

Mohamed Iksi, président d’une association de quartier

Même dans les quartiers populaires, le vote Rassemblement national progresse. Une poussée qui engendre, selon les associations de quartier, beaucoup d’angoisses chez les habitants. “Ils entendent qu’il faut “mettre dehors” les immigrés, les étrangers, les musulmans. Voilà les mots qu’on entend aujourd’hui, parfois même venant de personnalités politiques. Et on ne dit rien, alors ça va donner quoi après ? Ici, les habitants se demandent ce qu’il va se passer au lendemain du second tour”, s’inquiète Mohamed Iksi, président d’une association de quartier.

Les discours les plus macabres se libèrent, car au final, on manque de lien, on manque de dialogue, de compréhension

Lionel Courchinoux, rappeur et journaliste

Lionel Courchinoux, alias Lisko, est un rappeur et journaliste professionnel à RCN (Radio Caraïb Nancy) engagé dans la vie associative locale. Lui aussi ressent une pression latente ces dernières semaines. “Je dirais qu'il y a un racisme d’ambiance, une parole totalement décomplexée. Les discours les plus macabres se libèrent, car au final, on manque de lien, on manque de dialogue, de compréhension”, soupire le jeune homme.

La réponse aux angoisses des quartiers populaires a été le vote. Le taux de participation à Vandœuvre-lès-Nancy, le 30 juin 2024, a atteint 67%, soit 25% de plus qu’en 2022. Les regards sont désormais tournés vers le second tour des élections législatives, le 7 juillet 2024.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité