Y a-t-il moins d'oiseaux en Lorraine ? Comptez ceux de votre jardin ce week-end

Pour la 7e année consécutive, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et le Museum d'Histoire Naturelle invitent les particuliers à participer, le temps d'un week-end, au comptage des oiseaux dans leur jardin ces 25 et 26 janvier. 

Y a-t-il moins d'oiseaux en Lorraine ? C'est un sentiment partagé ces derniers mois par tous ceux qui ont un jardin et qui en particulier cet hiver voient les mangeoires délaissées.

Le phénomène n'est pas nouveau mais il s'agit d'en avoir le coeur net.
C'est pourquoi, pour la 7e année consécutive, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) invite les particuliers à participer, le temps d'un week-end, au comptage des oiseaux dans leur jardin.

Une fiche à télécharger gratuitement (ici), une heure de votre temps et une paire de jumelles (pas indispensable) suffisent comme l'explique Gérard Jouaville, secrétaire de la LPO 54 et de la LPO Grand Est.

 

Un comptage indispensable

Quatre moineaux dans le houx, une perruche à la mangeoire, au total une quarantaine d'espèces vit dans le jardin de Gérard Najean, à Malzéville, près de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

"Le but c'est de compter les oiseaux à la mangeoire, les oiseaux dans les jardins,  des oiseaux dits 'communs' mais dont les espèces sont souvent en déclin.

Pendant une heure, on observe et on compte tous les oiseaux que l'on voit dans son jardin. 

Ensuite on transmets ces données à la Ligue de protection des oiseaux (LPO)."

La transmission du décompte peut se faire par internet via le site "Oiseaux des jardins", ou pour la Lorraine via "Faune Lorraine".

Ces données sont ensuite collectées puis transmises au Museum d'Histoire Naturelle afin de réaliser des statistiques et des évaluations pour toute la France.

Une perruche dans le jardin

Et parfois, l'observateur peut être surpris comme ce samedi après-midi à Malzéville.
Une perruche observée dans la mangeoire, cela peut paraître surprenant !
Mais pas tant que cela en réalité.
L'espèce est actuellement en pleine expansion en France. On en compte par exemple plus de 3.000 à Paris.

"C'est surprenant car ce n'est pas une espèce de chez nous mais ce n'est en réalité pas surprenant car ce sont des espèces qui ont été relâchées depuis plus de 10 ans. Elles sont opportunistes et intelligentes et elles se sont acclimatées à nos régions.

Elles sont à peu près 300 sur le Grand Nancy.

On les compte car c'est intéressant de connaître le nombre d'individus de cette 'espèce exotique envahissante'."

La campagne de comptage des oiseaux de nos jardins se déroule tout au long de ce week-end. Si vous pouvez apporter votre contribution, n'hésitez pas !

Notre reportage est à regarder en cliquant sur ce lien.