Agriculture et innovation : la ferme du futur dans la Meuse

La Chambre d'Agriculture de la Meuse organise Le Champ des Robots mercredi 24 mai. L'idée étant d'apporter des solutions pour les paysans afin de maintenir leurs niveaux de production tout en réduisant les pesticides. Avec des démonstrations de robots.

La Chambre d'Agriculture de la Meuse organise à Bar-le-Duc (Meuse) Le Champ des Robots mercredi 24 mai 2023. 

Il s'agit de tester des nouvelles méthodes d’exploitation agricole. Et ainsi réguler l’utilisation de pesticides ou d’engrais. "Plutôt que d’utiliser des pesticides, l’idée est d’envoyer un robot-désherbeur", explique Renaud Tessier. Il est spécialiste produit chez Vantage Atlantique-Méditerranée. "L’objectif, c’est de réduire la pénibilité au travail et de réduire le temps de travail. C’est un robot qui va intervenir sur des cultures en maraîchage, entretenir des cultures et qui permet d’enlever les mauvais herbes.

L’objectif, c’est de réduire la pénibilité au travail et de réduire le temps de travail.

Renaud Tessier, spécialiste produit chez Vantage Atlantique-Méditerranée

Les agriculteurs le savent bien, biner consiste à ameublir la couche supérieure du sol autour des plants. Et cela prend du temps. "On va pouvoir passer des outils afin de permettre d’être au plus proche des cultures en terme de binage. C’est une consommation à l'énergie électrique avec un temps de recharge de la batterie de 2h30. Et là, on va gagner du temps", dit Renaud Tessier. 

durée de la vidéo : 00h00mn24s
La Chambre d'Agriculture de la Meuse organise Le Champ des Robots. ©Lodois Gravel, France télévisions

Une agriculture de précision qui pourrait bien résoudre à terme les problèmes. Mais cette autonomie sophistiquée a un prix. "Le robot présenté aujourd'hui coûte 190.000 euros", explique Renaud Tessier. 

VIDEO. Le Farmdroid fd20 est autonome avec son panneau solaire. Il y en a 75 en service en France, dont 29 en Champagne-Ardenne. 

durée de la vidéo : 00h00mn32s
Il s'agit de tester de réguler l’utilisation de pesticides ou d’engrais. ©Lodois Gravel, France télévisions

Stéphane Lebegue est chef de produit chez Stecomat. Cette société a mis au point le premier robot autonome de semis et de désherbage mécanique intégral. "Ce robot autonome avec son panneau solaire permet de semer des graines, par exemple des graines de betterave.

Et il ajoute : "Ainsi, quand il sème il géolocalise la graine et ça nous permet de biner entre les rangs. Et surtout entre les plants. Ainsi on utilise pas de phyto et c’est un vrai gain de temps de travail".

Le robot nous permet de biner entre les rangs. Et surtout entre les plants. Ainsi on utilise pas de phyto et c’est un vrai gain de temps de travail.

Stéphane Lebegue, chef de produit chez Stecomat

Mais quel est l'impact de la robotisation sur le monde agricole ? "Les technologies actuelles garantissent une qualité d'application de haut niveau. Les systèmes de pulvérisation ultra localisée équipés de caméras de détection permettent de réduire de 30% à 90% les volumes pulvérisés", dit Frédéric Lamarche, Président du Gpm Protection des cultures d’Axema

Moins de pesticides

Cependant l’avenir de la robotique nécessite encore des développements scientifiques. Selon le dernier rapport économique d’Axema, la France comptait 15.000 robots agricoles, dont 80% pour la traite des vaches en 2023.