Mobilisation en demi-teinte à Metz et à Nancy pour le premier test social de la rentrée

A six mois de l'élection présidentielle, plusieurs syndicats dont la CGT, FO ou encore la FSU appelaient à la mobilisation ce mardi 5 octobre 2021 pour la défense des salaires. A Metz et à Nancy, les manifestations n'ont rassemblé que quelques centaines de personnes.

Ce mardi 5 octobre 2021, plusieurs syndicats dont la CGT et FO ont appelé les salariés à manifester sur la question des salaires et contre la réforme de l'assurance chômage effective depuis le début du mois. A bientôt six mois de la présidentielle, il s'agit d'un premier test social pour le gouvernement d'autant plus que la question du pouvoir d'achat s'est invitée assez brutalement dans le débat politique de cette rentrée avec les hausses substantielles des coûts de l'énergie.

 

 

Des cortèges sous la pluie à Metz et à Nancy

Mais à Nancy, l'un des 200 lieux de manifestations en France, le cortège, qui a évité les artères principales de la cité ducale, n'a pas rassemblé plus de 600 personnes selon la police et 800 d'après les organisateurs. Un nombre de manifestants à peu près similaire a été comptabilisé à Metz où environ un millier de personnes selon les syndicats et 650 selon la police ont battu le pavé ce mardi après-midi. Que ce soit à Metz ou à Nancy, la mobilisation est donc décevante pour des syndicats qui entendaient, à l'occasion de cette journée interprofessionnelle de grève et de manifestation, remettre les questions sociales au centre du débat politique.

 

 

Le pouvoir d'achat au centre des préoccupations

Au coeur des revendications des manifestants présents, le pouvoir d'achat : "On est là en tant que travailleurs sociaux pour mettre en avant nos difficultés au niveau du pouvoir d'achat. La valeur de notre point d'indice n'a quasiment pas bougé ce qui n'est pas admissible" nous explique cette femme dans le cortège. "On est là pour dénoncer nos conditions de travail et l'absence totale de reconnaissance de nos métiers d'autant plus qu'on a été en première ligne face au Covid".

Un peu plus loin, Janine, casquette de la CGT vissée sur la tête, insiste pour sa part sur la flambée des prix de l'énergie : "Je manifeste contre les augmentations exorbitantes des prix du gaz, de l'électricité et de l'essence, en solidarité avec les plus jeunes qui sont dans la précarité. Je suis là pour défendre le pouvoir d'achat des retraités mais aussi des jeunes, des étudiants et des chômeurs, oubliés par le gouvernement".

 

 

 

 

A noter enfin que des manifestations se sont également déroulées à Epinal dans les Vosges et à Bar-le-Duc en Meuse. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie manifestation