Moselle : le Collectif Renard Grand Est en colère

© Franck Vigna
© Franck Vigna

Le Collectif Renard Grand Est dénonce l’attitude du préfet de la Moselle qui, malgré la décision du tribunal administratif de Strasbourg ayant jugé illégal son arrêté précédent, autorise, en août 2018, le tir de nuit des renards pendant deux ans sur tout le département.

Par Thierry Pernin

Bien que trois départements du Grand Est, l’Aube, la Meurthe-et-Moselle et les Ardennes aient renoncé aux massacres nocturnes des renards pour 2018 et malgré la décision du tribunal administratif de Strasbourg qui a jugé illégal son arrêté précédent, en août, le préfet de la Moselle persiste et signe en autorisant, cette fois, le tir de nuit des renards pendant deux ans sur son département.

Ce que dénonce le Collectif Renard Grand Est, qui précise que la consultation publique a massivement montré que les citoyens y étaient très majoritairement opposés, puisque seuls 8 avis sur 380 étaient favorables à ces destructions nocturnes.

La science et la justice ont balayé les motifs invoqués ces dernières années pour justifier les tirs de nuit, comme les maladies transmissibles à l’homme ou la prédation sur les espèces dites "petit gibier", mais pour les services de la préfecture de Moselle, la prédation sur les poulaillers justifie à elle seule son autorisation.






 

Sur le même sujet

À la découverte de la fabrication de l'eau de Soultzmatt

Les + Lus