Saint-Avold : quelques nouvelles des juments jumelles

Joyera ressemble beaucoup à Judi en modèle réduit. / © Sandra Flavenot
Joyera ressemble beaucoup à Judi en modèle réduit. / © Sandra Flavenot

Souvenez-vous! En tout début de cette année 2020, nous avions fait la connaissance de Joyera et Judi, deux jumelles juments nées dans un élevage près de Saint-Avold. Nous avons repris de leurs nouvelles.

Par Sophie Gueffier

La naissance exceptionnelle de Judi et Joyera, ces juments jumelles, s'est déroulée le 7 novembre 2019 à Macheren en Moselle. Les débuts difficiles de la vie de la plus petite des deux nous avaient touchés. 
En ce début mars 2020, alors quelles ont fêté leurs quatre mois, nous reprenons quelques nouvelles d'elles.

Un très grand pas dans la vie de Joyera

C'est un lien très particulier qui s'est développé entre la petite pouliche Joyera et Sandra, son éleveuse. À force de nuits passées au chevet de sa protégée, une relation intense s'est nouée entre elles. Mais le destin d'un cheval n'est pas de vivre avec et chez les humains. Nous avions laissé l'histoire au moment où les juments étaient amenées au parc du troupeau, mais toujours en compagnie de l'éleveuse. 

Au début, je l'emmenais au parc et je l'accompagnais. Je restais toujours avec elle. 
- Sandra Flavenot, éleveuse Au Sabot Espagnol

L'idée de cet accompagnement consistait à établir un rapprochement entre la très jeune jument avec l'ensemble des chevaux du troupeau. Mais il fallait également veiller à ce que les autres chevaux ne la bousculent pas, étant donné sa grande fragilité. D'où l'importance de la présence humaine à ses côtés. 

Le jour tant attendu est arrivé! On est parties ensemble au parc. Elle s'approchait du troupeau mais faisait toujours demi-tour vers moi. Ce jour-là, elle a fait le choix de suivre le troupeau. 
- Sandra

L'éleveuse développe le moment qui l'a marquée.

Elle suit le troupeau; elle revient vers moi; elle suit à nouveau le troupeau et revient encore vers moi. Alors j'ai fait le choix de partir, de ne pas lui parler et de l'ignorer. Et elle est partie avec ses congénères. 
- Sandra

Instant qu'elle a filmé. Au fond d'elle, si elle est ravie de voir Joyera faire le bon choix, elle ne peut s'empêcher de penser: "Ah! Tu m'abandonnes..."

Aujourd'hui 

Même si cette grande étape est définitivement derrière elle, si elle est devenue membre à part entière du troupeau, Joyera restera toujours un poil différente. Ses attitudes avec les éleveurs sont différentes. Elle conserve le réflexe de s'approcher d'eux. Et même si Sandra peine à expliquer plus le lien si particulier qui les attache - "C'est indescriptible, on le ressent, c'est tout"- il restera toujours inhérent à leur relation.
Aujourd'hui, Joyera broute, comme les autres poulains, mais si elle reste plus de trois heures au parc, l'éleveuse vient lui donner encore un biberon. Comme elle n'a jamais pu boire le lait directement sous la mère, elle n'a pas développé de lien jument-pouliche comme les autres poulains. 
Sandra Flavenot a remarqué que Joyera n'est pas rejetée par les autres juments mères, comme les poulains peuvent l'être parfois. Un peu comme si le troupeau tout entier s'était chargé du rôle de parents. Sa fragilité semble l'avoir protégée des réflexes habituels de protection qu'ont les mères pour leurs petits et de rejet pour les petits des autres. 
Autre étape également, Joyera n'a plus besoin de sa couverture qu'on voit encore sur la vidéo qui date de quelques semaines maintenant. 

Et sa soeur? 

Judi, la plus robuste des jumelles a toujours été associée aux soins prodigués à sa soeur. Elle est donc très attachée à l'éleveuse et à toute l'équipe. Et comme les autres chevaux, elle protège sa petite soeur et n'a jamais cherché à la rejeter. Elle n'a jamais montré la moindre jalousie. 
Sandra dit des jumelles qu'elles se ressemblent beaucoup. Mais la différence de gabarit reste flagrante. Existe en deux tailles: grand modèle et petit modèle!

Et demain?

Ce qui paraît évident à l'éleveuse, c'est que la jument ne quittera jamais l'élevage. Sa différence de taille perdurera et sera définitivement la marque de fabrique de Joyera. 

Cela m'a donné des idées. J'ai pour projet de "me servir" de cette différence pour rejoindre des associations d'entraide avec les enfants. 
- Sandra, éleveuse

Car les notions d'échange et de partage sont chères à la jeune femme.

Elle n'est peut-être pas arrivée pour rien dans notre vie.

Modèle unique : existe en deux tailles.... / © Sandra Flavenot
Modèle unique : existe en deux tailles.... / © Sandra Flavenot
Une pouliche fragile, sauvée par des hommes, qui pourrait ainsi boucler la boucle en allant à la rencontre de jeunes humains en difficulté. Une belle destinée pour ce petit bout de cheval qui ne devait pas vivre.
 

Sur le même sujet

Les + Lus