Hayange : la demande d'expulsion du Secours populaire par la mairie rejetée par la cour d'Appel

 Anne Duflot-Allievi, présidente de la section d'Hayange du Secours Populaire et Fabien Engelmann, le maire RN de la commune Mosellane. / © FTV
Anne Duflot-Allievi, présidente de la section d'Hayange du Secours Populaire et Fabien Engelmann, le maire RN de la commune Mosellane. / © FTV

La demande d'expulsion du Secours populaire par la mairie d'Hayange a été rejetée jeudi 30 janvier par la cour d'Appel de Metz. Un conflit qui oppose le maire Fabien Engelmann à l'association caritative depuis 2014.

Par Eric Molodtzoff

La Cour d'Appel de Metz a rejeté jeudi 30 janvier la demande d'expulsion par la mairie d'Hayange  du Secours populaire de son local. Le maire, Fabien Engelmann a engagé depuis 2014 un long bras de fer avec l'association caritative afin de l'expulser des locaux mis à disposition par la municipalité précédente.
Pour le maire joint par téléphone, cette décision est avant tout politique.

C'est un simple copié-collé du premier jugement. C'est une décision politique. Le secours populaire est un repaire de communistes. J'ai toujours dis que je ne cautionnerai pas des associations qui politisent leur discours
- Fabien Engelmann, maire d'Hayange

Bail oral

Le Secours populaire occupe les locaux depuis 2005 sur la base d'un bail oral conclu avec la municipalité socialiste de l'époque. Fabien Engelmann s'appuie sur l’absence de document contractuel pour dénoncer une occupation "sans droits ni titre, ni assurance". Le maire insiste  aussi sur sa bonne entente avec le Secours catholique et les Restos du coeur. Il vient d'attribuer de nouveaux locaux au premier et augmenter les subventions aux seconds.

Bras de fer

Fin 2016 la commune  avait fait couper le gaz et l'électricité dans le local du Secours populaire. Le juge des référés avait contraint la municipalité de les rétablir.
La commune par la voix de Mr Engelmann a décidé de se pourvoir en Cassation.
 

A lire aussi

Les + Lus