• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Affaire Corentin : un chirurgien condamné à deux ans fermes d' interdiction d'exercer la médecine

Pierre Jeras et son épouse, parents de Corentin, 11 ans, décédé des suite d'une appendicite. / © Photo : France 3 Lorraine
Pierre Jeras et son épouse, parents de Corentin, 11 ans, décédé des suite d'une appendicite. / © Photo : France 3 Lorraine

Corentin est mort des suites d'une opération ratée de l'appendicite en novembre 2014. Il était âgé de 11 ans. Deux médecins ont été suspendus par l'Ordre des médecins. Pierre-Noël Chipponi, l'un des 2 chirurgiens, a été condamné mercredi 19 décembre en appel à 2 ans fermes d'interdiction d'exercer.

Par Yves Quemener

Après la mort de Corentin, à la suite d'une opération de l'appendicite, le 1er novembre 2014, deux chirurgiens de Metz avaient été mis en examen pour homicide involontaire. 

Aussi, le conseil national des médecins a condamné mercredi 19 décembre 2018, Pierre-Noël Chipponi, le chirurgien qui a opéré l'enfant de 11 ans, a deux ans fermes d' interdiction d'exercer la médecine. Une peine aggravée en appel.

Nous attendons cela depuis quatre ans. Avec le conseil de l'ordre il a quand même fallu se battre. Cela a été une joute oratoire. Bien sûr c'est une première victoire.

Il s'agit de l'un des deux chirurgiens de l’hôpital Claude-Bernard, à Metz, mis en cause dans l’opération de l’appendicite ratée de Corentin Jeras, décédé à l'âge de 11 ans.

"Un devoir moral"

Pierre Jeras, le père de Corentin, considère qu'il faut aller plus loin. 
 

Beaucoup de gens pourraient s’en satisfaire, mais moi je reste amer. Parce que c’est le fruit d’un long combat.

 

"Nous avons obtenu un dépaysement judiciaire à Reims, mais pour l'instant nous n'avons toujours pas rencontré la juge d'instruction. C'est long."

Au mois de mars 2018, les parents de Corentin avaient porté plainte contre la clinique Claude Bernard de Metz, où leur fils a été admis en urgence au mois de novembre 2014, et contre le directeur de l'époque.

On commence à espérer qu'il y aura des suites pénales. Avec un procès aux assises.

Les parents de l'enfant estiment que l'établissement est responsable dans la mort du garçon de 11 ans, après une opération ratée de l'appendicite au mois de novembre 2014.
 

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus