Coronavirus : à Amnéville le zoo et l'aquarium privés de visiteurs

Le centre de loisirs d'Amnéville est un des hauts lieux du tourisme de la région Grand-Est. Situé en Moselle, à une vingtaine de kilomètres de Metz, le site voit passer tous les ans près de six millions de visiteurs.
 
Outre le centre thermal, il y a un zoo et un aquarium qui sont deux des fers de lance pour l'attractivité du site. Ces deux entités ne vivent que grâce aux entrées payantes des visiteurs. Hors aujourd'hui, avec le confinement débuté depuis le 15 mars dernier,  les touristes ont disparu, les parkings sont vides et les activités à l’arrêt.

Le zoo au ralenti

Les grilles du parc sont fermées, et les allées sont vides. Le zoo d’Amnéville, déjà dans la tourmente depuis quelques mois, vit une nouvelle période difficile, alors que la saison se profile à l’horizon. « On arrive aux vacances de pâques, et il fait beau, donc ce sont des pertes d’autant plus importantes » explique Michael Heinry, le responsable animalier du zoo, qui poursuit : « nous vivons par les entrées, actuellement il y en a zéro, ce n’est pas bon pour l’entreprise. »
Alors le zoo a dû mettre une partie de ses 108 salariés au chômage partiel. Ne reste que ceux nécessaires à la gestion des animaux. Quelques 2.000 animaux de près de 350 espèces vivent ici. Il faut donc continuer à les nourrir, à entretenir les enclos. Pour le zoo, la nourriture des animaux représente une charge de près de 65.000 euros par mois. A cela, il faut ajouter quelques 500.000 euros mensuels de salaires et charges. Autant dire que le site perd de l’argent, beaucoup d’argent. De son côté, Prudentia, l’organisation financière qui a repris le zoo officiellement depuis le 3 janvier dernier, assure toujours la viabilité de l'entreprise.

L’aquarium fermé aussi

L’aquarium d’Amnéville était sur une courbe montante, avec 34% d’augmentation de son chiffre d’affaire entre 2018 et 2019. Cette année s’annonce beaucoup plus compliquée : « Je perds au mois d’avril 8000 entrées, je vais perdre au mois de mai 8000 entrées, ce qui représente à peu près 200.0000 euros de chiffre d’affaire » explique Eric Isler, le directeur de l’aquarium d'Amnéville. Alors il a pris des mesures : « Tout le monde est au chômage partiel sauf une personne qui est à mi-temps pour nourrir les animaux et pour voir si tout va bien. »
Mais ce qui pose problème au chef d’entreprise, c’est qu’il risque de n’avoir le droit à aucune aide : « Les aides de l’Etat j’y ai pas le droit parce que nous avons fait un peu trop de bénéfices, donc rien » explique-t-il. Alors il va se retourner vers sa banque : « Ce matin, j’ai fait une première demande pour savoir comment fonctionnait le PGE (Prêt Garanti par l’Etat) parce que je vais en avoir besoin. » Mais rien ne garantit que la banque acceptera son dossier.

Ouvert en août 1989, l’aquarium d’Amnéville emploie actuellement 7 salariés, et héberge 500 espèces aquatiques dans près de 70 aquariums.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société zoo animaux nature