Metz : il l'a fait, John Kubler au sommet de l’Everest

Ce dimanche 23 mai au petit matin, John Kubler a réussi son exploit : atteindre le sommet de l’Everest. Parti depuis plus d’un mois à l'assaut du plus haut sommet du monde, le Mosellan a affronté des conditions terribles : cyclone, froid extrême, Covid. Mais a tenu bon.

John Kubler, en route pour l'Everest
John Kubler, en route pour l'Everest © John Kubler (Facebook)

Parti dans l’ascension du plus haut sommet du monde le 1er avril dernier, le Lorrain John Kubler a fait face à des situations extrêmes. Le froid pouvait être prévu. Le Covid et un cyclone, beaucoup moins. Si quasiment tous ces compagnons de cordée ont préféré renoncer, John, lui est parvenu à ses fins ce dimanche 23 mai 2021 au petit matin, heure française.

Je suis tellement fier d’avoir porté vos couleurs, vos soutiens et toutes ces belles valeurs qui nous unissent sur le toit du monde ! Ça y est, je suis sur l’Everest et c’est incroyablement magnifique !

John Kubler, Mosellan alpiniste amateur

© Capture eur.explore.garmin.com

Conditions extrêmes

Lors du reportage diffusé le 21 mars 2021, sur sa préparation, John Kubler se doutait des difficultés d’un tel défi. Mais avait-il prévu de devoir faire face à un froid extrême, un cyclone et pour couronner le tout, le Covid ? Sans doute pas… Sur sa page Facebook, où il fait vivre son aventure au jour le jour grâce à sa femme Marcella, restée à Metz, le couvreur mosellan explique : "La crise du COVID a complètement perturbé le camp de base. Ici aussi, on est restés confinés dans nos tentes ! Les conditions sont vraiment extrêmes avec des chutes de neige et du vent comme on n'a jamais connu ! C'est terrifiant d'être dans un environnement aussi hostile et d'être à la merci de la nature."

Malgré ces conditions dantesques, le Mosellan est toujours debout. Au contraire de nombre de ces compagnons de cordée… Les deux Sud-africains, deux Japonais, le Cubain et un des deux Français ont dû abandonner : "Il y a eu des désistements en pagaille et nous avons une énorme pensée pour notre coéquipier Michel qui a été touché par le COVID et a dû être évacué vers un hôpital de Katmandou avec des problèmes respiratoires", explique le couvreur mosellan toujours sur sa page Facebook. Il ne reste donc que Jonathan Lamy, un moniteur de ski originaire de l’Ain et John.

L’Everest en ligne de mire

Le Mosellan est parvenu à rejoindre le camp 4 vendredi 21 mai au matin.
Mais alors qu’il devait repartir le soir même, John Kubler a annoncé sur ses réseaux que l’ascension était décalée de 24 heures pour cause de conditions météo trop difficiles, mais aussi pour reprendre des forces : "Arrivés au camp 4 exténués, conditions météo extrêmes, vents terrifiants (150 km/h) et -30 degrés. Nous sommes entrés dans la fameuse 'zone de la mort' et il faut donc garder son sang-froid pour pouvoir prendre les bonnes décisions. Ce sont des décisions qui engagent nos vies. J’ai mis mon véto pour un départ ce soir, nous avons longuement débattu et l’équipe a été d’accord. Je pense vraiment que c’est plus sage de reprendre quelques forces et de reposer nos organismes".

Le départ a donc été décalé à ce samedi 22 mai 2021 en fin de journée. La météo s’annonçait plus clémente : "Demain, les prévisions météo indiquent un affaiblissement du vent et encore du soleil. Ce sera donc le jour J, je l’espère". Tout s'est bien déroulé et le couvreur mosellan est donc arrivé aux aurores dimanche matin sur le toit du monde, en tout début de matinée, heure française.

Et ensuite, le 4e sommet du monde

A peine le temps de profiter puisque John et ses compagnons d'ascension ont entamé, après avoir savouré leur exploit, leur descente vers le camp 4.


Avant de se lancer dans une nouvelle expédition. Le Lorrain a décidé, au cours de son périple, de suivre son compagnon de cordée, Jonathan Lamy, pour une ascension inédite, celle du Lhotse, 4e plus haut sommet au monde, culminant à 8.516 m d’altitude. Ce second défi devrait durer entre six et huit heures. Avant de descendre une bonne fois pour toutes, pour un repos bien mérité !

 

Suivez l'aventure sur Facebook

Pour suivre les aventures de John Kubler, Un Couvreur sur le toit du monde, retrouvez sa page Facebook : John Horn, où il partage des billets et photos grâce à sa femme Marcella, restée à Metz.
Le Mosellan, soutenu par une quarantaine d’entreprises locales, voit sa cagnotte Leetchi se rapprocher de son objectif des 5.000€. Samedi 22 mai au matin, 4.485€ avaient été collectés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne nature