Metz : quatorze travailleurs étrangers en première ligne pendant la crise sanitaire naturalisés

Quatorze étrangers de Moselle viennent d’être naturalisés français. Pour cause, ils ont été en première ligne durant l’épidémie de Covid-19. Une cérémonie officielle a eu lieu mercredi 9 juin à Metz.

Les époux Cardi, deux Syriens qui tiennent le restaurant le Quarteau à Metz ont été naturalisés.
Les époux Cardi, deux Syriens qui tiennent le restaurant le Quarteau à Metz ont été naturalisés. © Benoît Bour

Quatorze travailleurs étrangers de Moselle sont désormais Français. Ils se sont illustrés durant l’épidémie de Covid-19 et ont fait preuve de leur attachement à la nation. Pour cette occasion, le préfet de Moselle leur a remis leur décret de naturalisation ou leur déclaration de nationalité française ce mercredi 9 juin à Metz. 

Engagés en première ligne durant l’épidémie

Qu’ils soient professionnels de santé, agents de sécurité, agents d’entretien, gardes d’enfants, caissiers, aides à domicile ou encore éboueurs, bien des travailleurs étrangers ont prouvé leur attachement à la nation durant la crise du Covid-19. C’est désormais à la France de reconnaître leur engagement pour le pays. Pour cette occasion, une cérémonie d’accueil dans la citoyenneté française a été organisée mercredi 9 juin 2021, dans les salons de la préfecture de la Moselle, à Metz.

C'est un besoin vital de me sentir acceptée.

Galina Netcheva, Médecin anesthésiste-réanimateur à l'Hôpital Robert-Pax de Sarreguemines

Comme plusieurs autres travailleurs étrangers, Galina Netcheva s’est illustrée durant la crise sanitaire. Cette Bulgare, médecin anesthésiste-réanimateur au service de réanimation de l’Hôpital Robert-Pax de Sarreguemines depuis 2008, vient d'être naturalisée. Après étude de son dossier et dans le cadre de cette "reconnaissance COVID", sa demande de nationalité a été accélérée. "C'est un besoin vital de me sentir acceptée", explique le Docteur Netcheva.

Galina Netcheva, Médecin anesthésiste-réanimateur à l'Hôpital Robert-Pax de Sarreguemines.
Galina Netcheva, Médecin anesthésiste-réanimateur à l'Hôpital Robert-Pax de Sarreguemines. © René Elkaim

C’est également le cas des époux Cardi, deux Syriens qui tiennent le restaurant le Quarteau à Metz. En 2013, Tony Cardi, fuit la guerre en Syrie. Cet ancien chef d'entreprise ouvre alors un restaurant à Metz avec son épouse. Lorsque la crise sanitaire arrive, les deux époux montent un collectif et récupèrent des denrées alimentaires, pour les redistribuer. 

“Conformément à l’engagement pris par Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’intérieur, chargée de la citoyenneté, de faciliter la naturalisation des travailleurs étrangers engagés en première ligne face à la crise sanitaire, plus de 8.000 demandes ont été déposées sur l’ensemble du territoire national”, peut-on lire dans le communiqué de presse de la Préfecture de Moselle. 

Une nouvelle procédure accélérée, initiée par la ministre Marlène Schiappa, réduit en effet le délai de résidence obligatoire à deux ans, au lieu de cinq ans auparavant, pour demander la nationalité française.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société covid-19 santé politique immigration