Metz : une équipe des marins-pompiers de Marseille est arrivée pour détecter les variants du Covid dans les eaux usées

Une colonne mobile d’intervention biologique des marins-pompiers de Marseille est arrivée à Metz. Lundi 15 février, ils ont effectué des prélèvements afin d'établir une cartographie de la circulation du virus dans le département de la Moselle en testant les eaux usées.

Pour traquer l'évolution de l'épidémie de Covid-19, les marins-pompiers de Marseille surveillent nos eaux usées. Ils sont arrivés en Moselle dimanche 14 février.
Pour traquer l'évolution de l'épidémie de Covid-19, les marins-pompiers de Marseille surveillent nos eaux usées. Ils sont arrivés en Moselle dimanche 14 février. © Laura Striano, France télévisions

Onze militaires de la colonne mobile d’intervention biologique des marins-pompiers de Marseille ont été missionnés en Moselle, par le centre interministériel de crise, pour suivre la progression du virus dans les égouts. Lundi 15 février 2021, ils sont intervenus pour déployer leurs techniques d'analyse des eaux usées. Il faut essayer de cibler les communes où les variants anglais et sud-africain progressent. 

 

Des prélèvements sont réalisés dans les eaux usées de la Moselle pour suivre la circulation du coronavirus.
Des prélèvements sont réalisés dans les eaux usées de la Moselle pour suivre la circulation du coronavirus. © Laura Striano, France télévisions

 

Ils sont à la pointe en matière de lutte contre la Covid-19 car ils ont été les premiers à réaliser des prélèvements dans les égouts. A l’aide d’une perche des prélèvements de 4 millilitres permettent de réaliser un échantillon qui sera envoyé directement en analyse auprès de la cellule d’identification.

Traquer le virus dans les eaux usées

Les autorités cherchent à mettre en lumière l’ampleur de la diffusion du virus. On estime à une centaine le nombre de variants du Covid-19 qui se développe dans ce département. 

En une seule analyse, on peut avoir un indicateur en temps réel sur une population donnée

Christophe GANTZER, Directeur du Laboratoire de Chimie Physique et Microbiologie, CNRS-Université de Lorraine

Depuis l’été dernier, ces pompiers d’élite développent des techniques permettant de révéler la présence du virus Covid-19, quartier par quartier, en analysant les eaux usées. Cela permet de prévenir les clusters, le virus étant identifiable même quand les habitants sont contaminés mais asymptomatiques.

On peut détecter de façon précoce la présence d’une contamination de la population, avant même les symptômes

Un marin-pompier de Marseille

Dans les quartiers les plus défavorisés de Marseille, les 3ème, 15ème et 16ème arrondissements au début du mois ils ont mis en évidence une exposition du nombre de cas et ils exportent désormais leur expertise.

 

 

Les marins-pompiers devraient passer au moins une semaine en Moselle. Laurent TOUVET, le Préfet de Moselle, expliquait samedi 13 février : "nous allons utiliser une technique nouvelle qui permet d’augmenter la précision et l’anticipation du dépistage (…) on peut déterminer très précisément par quartiers où est présent le virus. Et même souvent avant que les personnes ne ressentent les symptômes de la maladie. Ce qui nous permettra ensuite d’aller leur proposer des tests et d'isoler."

 

 

Le département de la Moselle est touché de plein fouet par l'épidémie de Covid-19. Le département va renforcer les opérations de dépistages dans les jours à venir.

 

Pompiers et militaires à en même temps

Les Marins-pompiers effectuent chaque semaine plus de 200 prélèvements des eaux usées de Marseille 'Bouches-du-Rhône). Dans cette ville, premier port de France, les pompiers ont un statut à part car ce sont des militaires. C’est même la plus grande unité de la Marine Nationale. Ils regroupent 2.400 personnes dont une centaine de civils. Ils sont constitués en 1939 après qu’un incendie a ravagé un grand magasin, Les Nouvelles-Galeries. Le drame avait  fait soixante-treize victimes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société sciences pompiers