Moselle : la saga d'EJT Labo - Promenons-nous dans les bois, studio familial récompensé à Tokyo et aux César 2021

À Saint-Quirin (Moselle), le studio ''EJT Labo - Promenons-nous dans les bois" réalise depuis plus de dix ans des films d'animation diffusés dans le monde entier. De "Croc-Blanc" à "Josep", récompensé notamment aux César 2021 et à Tokyo, focus sur l'histoire de cette société familiale lorraine.

Le studio à Saint-Quirin
Le studio à Saint-Quirin © Etienne Jaxel-Truer

Une ferme d’un petit village lorrain transformée en studio de production… C’est le pari fou qu’a réalisé Etienne Jaxel-Truer il y a maintenant dix ans.
Tout commence en 2007 lorsqu'il décide de commencer une nouvelle vie. Archéologue, il travaille sur un chantier de fouilles en Lybie. De retour en France, ce passionné d’histoire souhaite réaliser un film sur le site archéologique de Leptis Magna. Il rencontre alors un producteur de cinéma qui accepte de réaliser le projet avec lui. "Leptis Magna, un rêve de Rome en Afrique", qui mélange documentaire et animation, sort en 2011.

Pour Etienne, c’est le début de sa carrière dans le cinéma et la télévision.
Il rachète ensuite la ferme de ses grands-parents de Saint-Quirin (Moselle). Avec l’aide de sa compagne, Eminé Seker, il fonde deux ans plus tard le studio EJT-Labo et la société de production "Promenons-nous dans les bois".  Celle qui l’a accompagné dans la création de projet se rappelle: "Etienne se disait: soit j’y arrive et c’est super, soit je n’y arrive pas et je plante des carottes!"

Le studio familial à Saint-Quirin (Moselle).
Le studio familial à Saint-Quirin (Moselle). © "EJT Labo - Promenons-nous dans les bois"

C’est un joyeux mélange de ce que nous sommes : une entreprise familiale.

Eminé Seker

Quelques années plus tard, le couple travaille toujours dans l’ancienne ferme familiale qui compte trois salariés permanents et une dizaine d’intermittents. Volets en bois, géraniums aux fenêtres… Vue de l’extérieur, la bâtisse ne ressemble en rien à un studio de réalisation. Le lieu est atypique. "À l’intérieur, c’est un joyeux mélange de ce que nous sommes : une entreprise familiale", explique Eminé Seker. "À côté des huit ordinateurs professionnels sur lesquels nous créons les images d’animations traînent des Lego et le Journal de Mickey de nos trois enfants…"

L'intérieur du studio à Saint-Quirin (Moselle)
L'intérieur du studio à Saint-Quirin (Moselle) © "EJT Labo - Promenons-nous dans les bois"

Des films à succès

Depuis sa création, la société de production transmédia a travaillé sur une vingtaine de projets: documentaires,  films d’animation… Certains sont mondialement reconnus et furent même récompensés par les jurys de différents festivals. Le dernier en date ? Le film d’animation "Josep", réalisé par Aurel et coproduit par la société de production mosellane qui en a réalisé les décors. 

Le film, qui retrace la vie de l’homme politique Josep Bartoli, a remporté le prix du meilleur film d’animation lors de la cérémonie des César ce vendredi 12 mars 2021. Il a également reçu le grand prix lors du festival Tokyo Anime Award.
"Pour nous, ce prix est une consécration, la reconnaissance de nos pairs. Au Japon, personne ne nous connait. C’est un territoire qui baigne dans l’animation pour adultes, c’est cela qui est exceptionnel. Nous avons conquis un public averti". Au total, le film d’animation a otebnu une quinzaine de récompenses depuis sa sortie en septembre 2020. 

Le label a également co-réalisé avec d’autres studios l’animation 3D des loups et des personnages du film "Croc-blanc" d’Alexandre Espigares (2018).
Pour Eminé Seker, être basé en Lorraine fut un véritable atout pour la réalisation de ce projet ambitieux. Les équipes ont pu se rendre facilement au parc animalier de Sainte-Croix qui se trouve à une trentaine de minutes du studio. "L’enjeu était d’être réalistes, de décrypter les émotions et les réactions du loup. Comment agit-il lorsqu’il est effrayé ou content ? Comment marche-t-il ou s’assoit-t-il ? C’était formidable car nous avions les loups en face de nous !" 
Diffusé dans une trentaine de pays, le film reçut le prix de la fondation Gan et fut sélectionné au festival du film de Sundance. 
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture télévision économie médias art