Moselle : le maire d'Epping sous le choc après avoir été agressé

«J’en pleure encore… Jamais je n’ai été menacé comme ça… Il était collé contre moi…» Jean-Louis Chudz / © France 3 Lorraine
«J’en pleure encore… Jamais je n’ai été menacé comme ça… Il était collé contre moi…» Jean-Louis Chudz / © France 3 Lorraine

Alors qu’il promenait son chien, Jean-Louis Chudz a été agressé ce dimanche 20 octobre par un de ses administrés. Le maire, 62 ans, est en arrêt de travail. Il a porté plainte. L’incident a suscité un vif émoi dans le pays de Bitche.

Par Jean-Christophe Panek

C’est une querelle qui a mal tourné. Une affaire bien connue à Epping. Depuis le début de l’année, la petite commune a engagé d’importants travaux d’assainissement et un propriétaire refuse de faire passer une canalisation sur son terrain. «Il nous faisait du chantage et j’avais dénoncé cela» explique Jean-Louis Chudz, le maire d’Epping depuis 1989. «Dimanche, alors que je promenais mon chien et que je m’apprêtais à rentrer chez moi… Cette personne m’a agressé. Il a cherché à m’intimider. Il souhaitait obtenir satisfaction sur ce problème de canalisation alors que nous avons trouvé une solution alternative. Il m’a aussi interpelé sur le devenir de plusieurs parcelles agricoles qui lui appartiennent. Il souhaitait qu’elles deviennent constructibles… Il était collé contre moi. J’ai tenté de le repousser… de le calmer. Sans résultat, il était alcoolisé… J’étais tétanisé !».
 

J’en pleure encore… Jamais je n’ai été menacé comme ça
Jean-Louis Chudz, maire d’Epping


Joint ce soir par téléphone, l’élu est encore sous le choc «J’en pleure encore… Jamais je n’ai été menacé comme ça… Il était collé contre moi…»

L’agression a suscité un vif émoi parmi les maires de Moselle mais surtout dans le Pays de Bitche. «J’ai été très touché par les nombreux coups de téléphones que j’ai reçu… Je suis très ému par cette vague de soutiens» souligne Jean-Louis Chudz qui a décidé de porter plainte après avoir été blessé à la main.

«Je ne doute pas que la Justice saura donner à cette affaire toute la suite qu’elle mérite à la fois pour sanctionner le choc causé à une personne physique mais aussi pour marquer le caractère inacceptable d’une agression d’une personne publique défendant l’intérêt général» a de son côté communiqué François Grosdidier, sénateur de la Moselle, avant d’ajouter que «les maires de Moulins-lès-Metz et de Fresnes-en-Saulnois ont aussi fait l'objet d'agressions, c'est absolument inadmissible. Il faut que cela cesse».
 

Sur le même sujet

Les + Lus