Rembobinons : les thermes d'Amnéville, du projet improbable à la réussite

Le premier bassin thermal d'Amnéville a été inauguré en 1980. / © France 3 Lorraine / INA
Le premier bassin thermal d'Amnéville a été inauguré en 1980. / © France 3 Lorraine / INA

Le bassin en métal de 9 mètres sur 4, inauguré en février 1980, offrait aux premiers baigneurs une détente inattendue au coeur de la forêt de Coulanges. Mais depuis, la piscine thermale d'Amnéville (Moselle) est devenu Pôle thermal et sa fréquentation en fait l'un des plus courru de Lorraine.

Par Jean-Christophe Dupuis-Remond

Il y a avait déjà depuis plusieurs années une piscine olympique sur l'ancien crassier d'amnéville transformé en zone de loisirs. Mais y associer une piscine thermale était une évidence si l'on se souvient que le maire visionnaire de la commune était d'abord un médecin.

S'appuyant sur l'eau de la Source Saint-Eloi, Jean Kiffer (disparu en 2011), lance le projet d'une extension thermale sur la zone de losirs. Cela sera d'abord un simple bassin de neuf mètres sur quatre, avec buses, bordé d'arbres à proximité du bâtiment qui accueille la piscine olympique et la patinoire. On y accède par un cabanon en tôle à usage de vestiaire.
Le tout est d'apparence quelque peu spartiate.
Le vestaire et le bassin d'origine. Les débuts du pôle thermal d'Amnéville (Moselle). / © INA / France 3 Lorraine
Le vestaire et le bassin d'origine. Les débuts du pôle thermal d'Amnéville (Moselle). / © INA / France 3 Lorraine

16.000 curistes en 2018

Son accès est gratuit et l'eau qui le rempli est puisée par un forage à 900 mètres de profondeur, dans la nappe des grès du permotrias. Affichant une température de 42°, elle est recommandé pour les affections des voies respiratoires (ORL), la rhumatologie  et les traumatismes ostéo-articulaires
Petits et grands, les premiers usagers de ce bassin empli de 43 mètres cube d'eau sont enthousiastes. Et le succès est rapidement au rendez-vous. De sorte que le projet thermal peut prendre son essor et permet à la cité mosellane d'obtenir l'agrément du ministère de la Santé en 1986.
Elle devient la seule station thermale au nord de la Loire conseillée pour les traitements en ORL.

8e cure de France

Devenue ville thermale et de loisirs, Amnéville va poursuivre son développement à deux axes: loisirs d'un côté (salle de spectacle, restaurants, bowling, casino et zoo) et thermalisme de l'autre avec plus de 15.000 curistes au début des années 2010. 
En 2018, la partie thermale du pôle ("Cure Saint-Eloi") se plaçait en 8e position nationale en franchissant pour la première fois le cap des 16.000 curistes conventionnés.

Nous allons fondamentalement et radicalement changer l'image de ce département
- Dr Jean Kiffer, maire (DVD) d'Amnéville 

L'image de la Moselle, autrefois identifiée surtout comme industrielle, entre charbon et acier, a sans aucun doute bénéficiée des orientations politiques, notamment tournées vers le tourisme vert, sous la houlette de Philippe Leroy, président du conseil général dès 1992 et jusqu'à la fin des années 2000. Et Amnéville a toute sa part dans cette évolution.

Aujourd'hui la Cure Saint-Eloi accompagne deux autres établissements utilisant l'eau de la source et destinés à tous: Thermapolis et la Villa Pompéï.
Le site thermal affiche une fréquentation annuelle de plus de 600.000 visiteurs, curistes inclus. 437 personnes travaillent au pôle thermal d'Amnéville qui affichait en 2018 un chiffre d'affaires de 19 millions d'euros.
Rembobinons: les thermes d'Amnéville

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus