• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Thionville : des petites voitures pour aller au bloc opératoire

Petites voitures pour aller au bloc opératoire / © France 3 Lorraine / Guillaume Robin
Petites voitures pour aller au bloc opératoire / © France 3 Lorraine / Guillaume Robin

Depuis un mois, les enfants admis au service de chirurgie ambulatoire de Thionville vont désormais au bloc opératoire en petites voitures.

Par Johanna Vuadens

Ils sont bel et bien en milieu hospitalier. Pourtant, les enfants admis au service de chirurgie ambulatoire de la Clinique Ambroise Paré à Thionville ont le sourire aux lèvres.  

La raison : ils peuvent désormais se rendre au bloc opératoire en petites voitures électriques.

Un service réservé aux enfants âgés de 3 à 6 ans, déjà disponible dans d’autres complexes hospitaliers, expérimenté depuis un mois à Thionville.


« Les enfants sont plus angoissés que les adultes »

Auparavant, le passage au bloc était une épreuve pour les jeunes enfants admis au service de chirurgie ambulatoire. Pauline Gnaedi, infirmière au sein du service de chirurgie ambulatoire, en explique la raison :

Les enfants sont plus angoissés que les adultes avant une intervention car ils ne comprennent pas forcément pourquoi ils sont là, pourquoi on doit les opérer.
 

Des petites voitures pour aller au bloc opératoire / © France 3 Lorraine / Guillaume Robin
Des petites voitures pour aller au bloc opératoire / © France 3 Lorraine / Guillaume Robin

Des petites voitures pour oublier l’opération

Désormais, attirés par le jeu, les enfants oublient leurs angoisses :

En jouant avec la voiture ils oublient complètement pourquoi ils sont là.

Pour les enfants, il est ainsi « plus simple de vivre les soins et l’opération » selon Nathanaël Hime, médecin anesthésiste. Désormais, avant l'opération, plus besoin de donner des médicaments aux enfants pour lutter contre l'anxiété.

Des casques de réalité virtuelle seront expérimentés dès la semaine prochaine pour les adultes.
 

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus