VIDEO. Hôpital Robert Schuman : premier jour réussi au service de soins immédiats non programmés, "on est bien reçu"

durée de la vidéo : 00h01mn53s
Reportage France 3 Lorraine au service de soins immédiats non programmés de l'hôpital Robert Schuman à Vantoux, près de Metz (Moselle). René Elkaim, Emmanuel André. ©France Télévisions

Le service de soins immédiats non programmés de l’hôpital Robert Schuman, à Vantoux près de Metz (Moselle) a ouvert ce jeudi 21 décembre 2023. Près d’une quarantaine de patients ont été pris en charge sans rendez-vous. Ce nouveau service a vocation à désengorger les urgences du secteur et à compléter l'offre de soins.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"On m’a conseillé de venir ici parce qu’apparemment c’est plus rapide. Et j’ai été prise rapidement, je suis satisfaite", dit une patiente qui s’est présentée sans rendez-vous, ce jeudi 21 décembre 2023, au nouveau service de soins immédiats non programmés de l’hôpital Robert Schuman, à Vantoux, près de Metz. "C’est bien ici, on est bien reçu", dit cette autre patiente à René Elkaim et Emmanuel André, journalistes à France 3 Lorraine.

Ce nouveau service a vocation à désengorger les urgences de l’hôpital public. "Il n’a pas la labellisation service d’urgences mais 90% des patients qui viennent dans le service aujourd’hui pourraient être des patients qui sont dans un service d’urgence. C’est tout l’intérêt de ce projet, c’est de désengorger le service d’urgences de patients qui peuvent être pris en charge dans d’autres établissements et dans d’autres structures comme la nôtre", indique Georges-Hubert Delporte, directeur général groupe Uneos.

Pas d'urgences vitales

La plupart des pathologies sont prises en charges, à l’exception des urgences vitales, de la cardiologie, neurologie, gynécologie, ou encore les pathologies psychiatriques et psychologiques. "On va avoir deux activités essentiellement, ça va être, surtout, de prendre en charge les patients qui sont suivis ici à l’hôpital, pour pouvoir permettre des retours quand il y a des maladies intercurrentes ou des problèmes de santé en plus des pathologies déjà suivies sur notre hôpital. Et d’autre part, participer à l’accueil des patients qui ont besoin de consultation tout-venant, de médecine générale et qui ne trouvent pas forcément de rendez-vous dans les délais souhaitables, ou alors qui n’ont carrément plus de médecin généraliste", explique le docteur Emmanuelle Seris, urgentiste et co-responsable du service de soins immédiats non programmés.

Jusqu'à une centaine de patients

Le service est composé de six médecins urgentistes (deux par jour), six infirmières, deux aides-soignantes et trois secrétaires. À terme, la direction de l’hôpital s’attend à accueillir entre 60 et 70 patients par jour environ et estime avoir la capacité d’en accueillir jusqu’à une centaine. "Je pense que les soins non programmés répondent à un besoin de la population. Est-ce qu’il faudra que cela évolue vers un service d’urgences ? C’est à l’Agence régionale de santé de le dire. Pour nous, la porte reste ouverte. On a fait une offre de service dès cet été. Elle est toujours sur la table", rappelle Georges-Hubert Delporte.

Le service de soins immédiats non programmés de l'hôpital Robert Schuman est ouvert du lundi au vendredi, sans rendez-vous. De 8h à 18h dans un premier temps, puis de 8h à 20h à partir du mois de janvier.