Pont-à-Mousson, Florange : Montebourg en visite en Lorraine pendant 72h

© FTV
© FTV

Arnaud Montebourg se rend en Lorraine du mercredi 12 au vendredi 14 octobre 2016 pour y visiter différents sites industriels, et rencontrer les organisations syndicales du site ArcelorMittal de Florange (Moselle), dont il avait tenté en vain de sauver les hauts fourneaux.

Par Avec AFP

Arnaud Montebourg sera en Lorraine de mercredi à vendredi pour y visiter différents sites industriels, et rencontrer les organisations syndicales du site ArcelorMittal de Florange (Moselle), dont il avait tenté en vain de sauver les hauts fourneaux lorsqu'il était ministre du Redressement productif.

Mercredi 12 octobre 2016, le candidat à la primaire PS des 22 et 29 janvier 2017 se rendra à Hayange pour visiter l'entreprise de sidérurgie "British Steel", racheté par le fonds d'investissement Greybull Capital au géant indien de la sidérurgie Tata Steel, qui fabrique notamment les rails de la SNCF.

Après un passage-dédicace à Metz, il se rendra  à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), où il rencontrera les organisations syndicales de Saint-Gobain et Mersen, et tiendra une réunion publique dans la soirée.

Jeudi, Arnaud Montebourg déjeunera avec des salariés et syndicalistes des entreprises Pierburg, PSA, ArcelorMittal, Gport, avant de se rendre à Florange, où il rencontrera les organisations syndicales d'ArcelorMittal.
A 17H30, il se rendra auprès du Secours populaire d'Hayange, que le maire FN Fabien Engelmann veut expulser de son local en raison du discours prétendument "pro-migrants" de ses responsables.

Vendredi, il conclura son périple lorrain par la visite d'une fonderie industrielle, Les Bronzes d'industrie, spécialisée dans la fonderie des métaux et qui réalise 70% de son chiffre d’affaire à l’export.

"Nous allons montrer qu'il y a un avenir industriel en France, avec des entreprises qui réussissent, comme Tata Steel, et d'autres qui se battent encore et toujours",

a expliqué le directeur de campagne de M. Montebourg, François Kalfon.

Pour l'ancien ministre, il s'agit aussi d'aller à la rencontre de cette "gauche de Florange", qui peut être tentée par le vote d'extrême droite.

Sur le même sujet

Les + Lus