• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Un robot pour l'école primaire d'Amanvillers

Le robot Thymio, nouveau camarade pour la classe de CM2 de l'école primaire d'Amanvillers

Depuis la rentrée en début janvier, les 24 élèves de la classe de CM2 de l'école primaire Serge-Gauche à Amanvillers en Moselle ont l'opportunité de travailler à l'aide de robots Thymio. Une première dans la région, initiée par l'inspection académique.

Par France 3 Lorraine

Un nouveau camarade s'est installé depuis quelques semaines dans la classe de CM2 de l'école primaire Serge-Gauche à Amanvillers. Thymio, un robot, fait la joie des élèves et des enseignantes.

Le projet a été initié par l'inspection académique qui a prêté cinq robots Thymio à l'école élémentaire d'Amanvillers. Tous les mercredis, les élèves sont repartis en groupes.

Un formateur TICE (Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement), les aide et les prépare à la programmation du robot. Ils doivent travailler sur des problèmes à résoudre en se posant des questions grâce à la manipulation.

Comment ça marche ?

Thymio est un robot sous forme de petit boîtier. Il possède deux roues latérales ainsi que cinq capteurs avant et deux capteurs arrière. Le robot est relié à un ordinateur sur lequel se trouve un logiciel. Ce logiciel permet de le commander, de le guider.

Le robot Thymio dans la classe de CM2 à Amanvillers. / © Hugo Reutenauer
Le robot Thymio dans la classe de CM2 à Amanvillers. / © Hugo Reutenauer


Les élèves, grâce à différentes icônes, lui donne des instructions en établissant et en définissant un cadre. Timio, une fois programmé va pouvoir changer de couleur, produire des sons et se déplacer.

Lorsque les enfants activent les capteurs du robot, celui-ci va pouvoir éviter les obstacles et ainsi reculer, avancer ou faire demi tour.

Un robot en classe : pourquoi ?

Le but de ce projet est de faire, grâce à une réflexion collaborative, la distinction entre le robot et la machine. Les élèves se rendent compte au fil des séances, que le robot lui peut être dirigé par l'homme tandis que la machine elle est programmée à l'avance et ne varie pas selon le contexte.

Pour les enseignantes qui ont accepté de se lancer dans le projet, la manipulation du robot permet de faire comprendre aux enfants que le robot n'est pas intelligent mais que c'est l'intelligence humaine qui permet de le faire agir.

Autre point fort pour le robot Thymio : grâce à son côté ludique, il permet de révéler des élèves qui peuvent être en difficulté scolaire et de les mettre en valeur. L'erreur dans ce projet n'est plus une fatalité et ne se punit pas par de mauvaises notes. 


Les élèves affichent un fort intérêt pour ce nouveau camarade. / © Hugo Reutenauer
Les élèves affichent un fort intérêt pour ce nouveau camarade. / © Hugo Reutenauer


Au contraire, on encourage ces erreurs qui permettent aux enfants, qui ne sont plus confrontés à la feuille, de réfléchir, de comprendre et d'émettre des hypothèses. 

En classe aussi, les enseignantes parlent du robot qui fait sensation en le disséquant pour faire comprendre aux enfants comment il fonctionne. Le robot est également mis en lien avec d'autres discipline comme par exemple la littérature et la science fiction.

Les élèves continueront la programmation au collège et seront initiés au codage. En attendant, Thymio restera jusqu'aux vacances de février dans la classe avant de servir à d'autres écoles en Lorraine. 


Reportage signé Elise Laperdrix et Yves Kreidl.

Thymio le robot à Amanvillers
Cinq robots Thymio ont été prêtés par l'inspection académique à la classe de CM2 de l'école primaire d'Amanvillers.  - France 3 Lorraine - Elise Laperdrix - Yves Kreidl

Sur le même sujet

Vincent Lambert : l'arrêt des traitements a débuté

Les + Lus