INSOLITE. Superman existe, il habite Thionville : portrait de DJ Seb, l'homme qui réalise ses rêves d'enfants

Il a plusieurs casquettes : celle de commercial dans sa vraie vie à Thionville (Moselle) et celle de Superman dans son autre vraie vie. Mais Superman n'a pas de casquette me direz-vous, et vous auriez raison. DJ Seb est le réalisateur et l'acteur de son propre film. Action !

Inénarrable, ineffable, inracontable. Il faut le rencontrer pour le croire. Sébastien Klein, qui compte parmi les Thionvillois les plus célèbres, est un personnage tout droit sorti d'un film, voire d'un animé. Pour reprendre le titre d'une fameuse et néanmoins vintage émission : Incroyable, mais vrai ! Il a fait les choux gras de toute la presse régionale, papier et télé, et sa renommée est - selon la légende - même montée au niveau national. (Cyril H. si tu nous lis, tu pourras confirmer ?)

L'homme, la quarantaine, dans sa "vraie" vie est commercial de son métier, dans une société de cosmétique, ça ne s'invente pas. Son patron a rédigé une note à l'intention de ses collaborateurs, note qui se termine par ces mots "en cas de problème, voir avec Seb". Tout est dit. Car quoiqu'il arrive Sébastien va trouver une solution. Avant de faire le commercial, il s'est essayé à de nombreuses autres fonctions. Mais partout où il passait, il était connu pour sa propension à vouloir aider son prochain. D'ailleurs il le dit lui-même "J'ai toujours été à vouloir aider tout le monde; on appelle le Seb [ndlr : Thionville c'est dans l'Est et ici on dit LE Seb] et il saura quoi faire... Tout s'est rattaché à ça." Ça, c'est ce trait de caractère, qui le définit le mieux : l'envie d'aider, de partager de faire sourire.

En plus de ce trait de caractère tourné vers l'autre, sa passion, celle qui l'anime c'est de faire le DJ, pour - comme l'a dit Balavoine - "faire danser dans les soirées de Monsieur Durand". Pour le plaisir de voir sourire les gens. Jusqu'ici rien d'extraordinaire. Un homme, altruiste et qui s'éclate à voir les autres faire la bamboche. 

Quand je serai grand, je serai Superman

Oui mais si nous avons décidé de lui tirer le portrait, c'est que Sébastien Klein est bien plus que ça. Son grand truc, c'est de mettre tout en œuvre pour réaliser ses rêves d'enfants. Vous savez, ceux qu'on a tous faits et auxquels on a renoncés. Genre "Quand je serai grand, je serai astronaute." Lui a voulu être Superman pour son côté "il aide les gens, comme moi". Alors il n'a pas hésité à se rendre à Metropolis (Illinois, Etats-Unis), auto-proclamée "ville de Superman".

Là-bas il y fait l'acquisition d'un super costume qu'il use depuis dans les conventions et à la sortie des films de son super-héros préféré. Mais pas que. Il lui arrive, parfois, de sortir dans les rues de sa ville, habillé en Superman. Sébastien l'a remarqué "Quand je suis en Superman, les gens me disent plus bonjour, ils viennent me parler, se font prendre en photo avec moi". Et il adore ça. Un petit côté mégalo, sans doute, mais aussi une touche résolument optimiste. Les enfants l'adorent et les parents, voyant s'enthousiasmer leurs enfants, sont gagnés par le virus du sourire. Par les temps qui courent, c'est pas de refus. Aux rares esprits chagrins qui lui demandent "Pourquoi vous vous déguisez", il rétorque avec malice : "Et vous, en quoi vous êtes déguisés ?", car explique-t-il, "dans la vie, on est tous un petit peu déguisés, on essaye de se montrer sous son meilleur jour. Pour moi c'est pareil, ce déguisement c'est comme montrer la meilleure image de moi-même."

Comme si ça ne suffisait pas, Sébastien Klein a réalisé d'autres rêves d'enfants. "Je voulais voir le plus grand parc d'attractions du monde, alors je me suis lancé dans un projet fou et je me suis rendu dans les six grands parcs Disney du monde". Suit une litanie de noms de villes où se trouvent les plus fameux parcs d'attractions du monde : les parcs Disney de Floride de Californie, ceux de Tokyo, Hong-Kong et Shanghaï, sans oublier celui de Marne-la-Vallée. Un truc de dingue.

Comme si ça ne suffisait pas, monsieur Klein s'est lancé dans un autre vaste projet de voyage : visiter les sept merveilles du monde moderne. Alors il les a toutes faites : à commencer par la Grande Muraille de Chine, le Taj Mahal (Inde), le Machu Pichu (Pérou), Petra (Jordanie), la statue du Christ Rédempteur dans la baie de Rio de Janeiro (Brésil), le site archéologique des pyramides de Chichen Itza au Mexique et le Colysée de Rome.

Pour couronner le tout il s'est aussi offert un voyage en Egypte pour les autres pyramides. 

Ouvert le dimanche 

Mais son rêve le plus inénarrable, c'est tout simplement son appartement. "Je voulais un endroit comme ça, un peu comme une soirée permanente". Par exemple, il raconte : "Ado, j'avais voulu avoir une borne d'arcade. Je ne sais pas si je suis grand maintenant, mais j'ai les moyens de me la payer, alors j'ai une borne d'arcade." Petit à petit, dans son petit deux-pièces cuisine, il s'est façonné un endroit inimitable, à son image. Très très fouillis, pas mal farfelu et passionné. Le cauchemar de l'agent immobilier.

Un mythique capharnaüm où tout ce qui s'y trouve a un sens, et tenez-vous bien, un endroit qui se visite. Avec des traditionnelles portes ouvertes "qui n'ont pas pu se tenir ces dernières années" et ses ouvertures hebdomadaires et dominicales qui ont repris avec la fin du confinement. Attention, en ces temps de fin de crise sanitaire (je croise les doigts), sur rendez-vous uniquement. Selon la formule du propriétaire "de 13 heures du mat à 18 heures", et pas plus de 4 à 5 personnes à la fois, masques et gel hydroalcoolique à l'entrée.

Alors pourquoi le visite-t-on cet appart ? Difficile à expliquer comme ça, tant le fouillis apparent le rend incompréhensible. Mais pas pour DJ Seb qui se plait à raconter l'histoire de chaque objet aux visiteurs ébahis. Comme à cette dame qui rentre en disant "Alors vite, hein, je n'ai pas trop le temps" et qui est finalement sortie après quatre heures de palabres. Superman, le bavard ? En plus d'être loquace, l'homme parle vite, très vite et si on début de la conversation on le fait répéter pour mieux comprendre, on y renonce assez vite pour cause d'oreille qui chauffe. Intarissable.

Vous connaissez la chanson de Boris Vian La complainte du progrès ? Et bien, l'appartement de DJ Seb, c'est un peu cet inventaire, mais en mode souvenirs de voyage et collections super-héros. Une visiteuse a même redécouvert sa collection de sables de plages du monde. Mais si vous vous y rendez, vous aussi vous trouverez des trésors. D'ailleurs Sébastien organise une chasse au trésor et il surfe sur la vague de fermeture des clubs pour enfants : vous cherchez à occuper vos lardons ? Allez-y dimanche prochain, vous les occuperez pour l'après-midi. Car DJ Seb en profite -c'est son sens du commerce qui resurgit- pour présenter les animations qu'il propose pour les soirées : variantes mousse, ou neige selon qu'on soit plutôt branché ou "Reine des neiges- addict". Vous le cherchez ? Seb peut le faire. Et il ne manque pas d'imagination, en plus d'un train qui circule au plafond, d'une reproduction de l'aquadrome de Metz, il vient d'installer un tyrolienne  -dans son appartement, si, si! - et envisage l'installation d 'une chute d'eau. Mais chut ! N'en dévoilons pas plus, nous vous laissons le plaisir d'aller découvrir son antre, sa tanière, son repaire, sa caverne. Et comme Ali vous en resterez baba. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite portrait culture