Murielle Bolle va-t-elle retrouver la liberté et les Vosges ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Jean-Christophe Dupuis-Rémond
Murielle Bolle (image d'archive)
Murielle Bolle (image d'archive) © FTV

La Vosgienne Murielle Bolle, l'un des personnages principaux de l'affaire Grégory, va demander, ce lundi 22 janvier, à la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon, la levée de son contrôle judiciaire et l'autorisation de rentrer chez elle dans les Vosges.

Soupçonnée d'avoir participé à l'enlèvement du petit Grégory Villemin, elle veut bénéficier comme les époux Jacob il y a quelques jours, d'une liberté retrouvée. Et la possibilité de retourner dans les Vosges.

Murielle Bolle, 48 ans, saura ce lundi 22 janvier 2018, si la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon lève son contrôle judiciaire et l'autorise à rentrer chez elle. 

Je ne vois pas ce qui pourrait s'opposer à (cette) levée totale du contrôle judiciaire. Ma cliente (...) n'a jamais été ré-entendue depuis six mois et rien n'est rentré dans le dossier la concernant,

selon Me Christophe Ballorin, l'un des avocats de Murielle Bolle, qui avec ses confrères a déposé une requête visant à faire annuler sa mise en examen.

Soupçonnée du rapt mortel

La jeune belle-soeur de Bernard Laroche (cousin du père de Grégory) l'avait accusé en 1984 du rapt du garçonnet de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne, Puis elle s'était rétracté.

Mais l'an dernier, c'est elle que la justice soupçonne d'avoir participé à l'enlèvement de Grégory. Un enlèvement dans lequel la Justice soupçonne également Marcel et Odile Jacob, grand-oncle et grande-tante de Grégory Villemin, qui seraient les fameux "corbeaux" souvent évoqués dans le dossier.

Mise en examen le 29 juin 2017, écrouée à Dijon puis relâchée avec placement sous contrôle judiciaire, Murielle Bolle vit depuis à Saint-Honoré-les-Bainsdans la Nièvre et a interdiction d'entrer en contact avec la presse et les autres personnes citées dans le dossier par la justice.

Selon nos informations, le procureur général Jean-Jacques Bosc, devrait s'opposer à tout assouplissement du contrôle judiciaire tant Murielle Bolle n'aura pas été ré-entendue par le juge d'instruction.

Dénégations maintenues

Ce dimanche 21 janvier 2017, le journal du Dimanche a dévoilé des écoutes de conversations téléphoniques entre Murielle Bolle et son compagnon.

Dans celles-ci, elle maintient que le jour de l'enlèvement de grégory, elle avait bel et bien pris le bus et ne se trouvait pas avec Bernard Laroche.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.