Pas d'annonce de couvre-feu avancé à 18h en Alsace... pour le moment

Le Premier ministre a précisé ce jeudi, lors du point presse consacré à la situation sanitaire de ce début janvier, que les préfets décideraient d'ici le week-end si le couvre-feu devait passé de 20h à 18h dans les territoires en tension. En Alsace, le Haut-Rhin est en première ligne.  

© Ludovic Marin/MaxPPP

Pas de couvre-feu avancé à 18h pour les deux départements alsaciens. En tout cas, pas avant que les élus locaux se réunissent avec la préfecture pour refaire un point avant le week-end, une rencontre est prévue ce vendredi 8 janvier et la décision pourrait alors être prise en ce sens d'ici dimanche 10 janvier, au moins dans le Haut-Rhin. Le Bas-Rhin, dont la situation sanitaire reste moins alarmante, pourrait y échapper pour l'instant.

"Les derniers chiffres nous amènent à identifier 10 départements supplémentaires, dans l’Est de la France, où pourrait également se poser la question d’une mise en œuvre de ce couvre-feu avancé, a affirmé Jean Castex ce jeudi 7 janvier lors de son point-presse consacré à la situation sanitaire au sortir des fêtes de fin d'année. Comme nous l’avons fait la semaine dernière, les préfets vont conduire très rapidement les concertations nécessaires avec les élus de ces territoires pour bien analyser la situation et en fonction de leurs retours, des décisions seront prises d’ici demain soir pour entrer en vigueur à compter de dimanche." 

Les chiffres de l'épidémie sous haute surveillance

Quinze départements subissent le couvre-feu sanitaire dès 18h depuis le 2 janvier dernier, la décision avait été annoncée juste avant Nouvel An. Dans un premier temps, la mesure était envisagé pour le Haut-Rhin. Mais les deux départements alsaciens étaient finalement restés hors de la zone concernée, les seuls du Grand Est. 

La situation sanitaire en Alsace reste évidemment sous extrême surveillance : comme ailleurs en France, les chiffres sont à la hausse depuis plusieurs semaines, à l'image du taux d'incidence, qui s'élèvent au 6 janvier à 194 cas de contamination pour 100.000 habitants  dans le Bas-Rhin, et de 231 cas pour 100.000 habitants dans le Haut-Rhin., le seuil de 200 cas pour 100.000 habitants servant, parmi d'autres indicateurs, d'alerte.

Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de cas pour 100.000 habitants, ne cesse d'augmenter dans les deux départements depuis mi-décembre. Il est plus élevé dans le Bas-Rhin que dans le Haut-Rhin.
Le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de cas pour 100.000 habitants, ne cesse d'augmenter dans les deux départements depuis mi-décembre. Il est plus élevé dans le Bas-Rhin que dans le Haut-Rhin. © Manolo Ruch/France Televisions

Le nombre des hospitalisations n'atteint pas encore les 1.000, au dernier bilan communiqué par l'agence régionale de santé fait état de 964 personnes pris en charge dans les hôpitaux alsaciens. 102 le sont en réanimation. Et les effets des fêtes de fin d'année risquent de se faire sentir d'ici la semaine prochaine.

Prochain point d'étape le 20 janvier

Lors de cette conférence de presse, Jean Catsex a confirmé que tous les lieux accueillants du public qui étaient jusque là encore fermés - bars, restaurants, équipements sportifs, lieux culturels, stations de ski - le resteront jusqu'à la fin du mois de janvier au moins. Le Premier ministre a fixé un nouveau rendez-vous avec ces professionnels le 20 janvier, pour discuter de l'éventualité du réouverture début février. D'Ici là, les mêmes dispositifs de soutien - chômage partiel, prêts grantis, fonds de solidarité - sont reconduits, a précisé le chef du gouvernement.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société