Le Racing Club de Strasbourg Alsace tenu en échec (1-1) à la Meinau par des Verts réduits à 10

Publié le Mis à jour le
Écrit par Guillaume Legrand
Les deux équipes ont fait preuve de combativité dans une ambiance survoltée.
Les deux équipes ont fait preuve de combativité dans une ambiance survoltée. © Jean-Marc LOOS - MAXPPP

Les Strasbourgeois avaient la victoire au bout du pied! Anthony Gonçalves a ouvert le score à la 55e, face à des Verts réduits à 10 depuis la 18e. Mais l'égalisation de Makhtar Gueye à la 88e côté Stéphanois a gâché le plaisir du Racing.

La Meinau était pleine à craquer ce dimanche après-midi pour accueillir la rencontre comptant pour la 2e journée de la Ligue 1 Conforama, entre le Racing Club de Strasbourg Alsace et l'AS Saint-Etienne. Dès l'entame du match à 15h, les Strasbourgeois sont mis en difficulté face à des Stéphanois entreprenants. Les Bleus et Blancs sont pressés d'entrée à l'image de Stefan Mitrovic qui voit jaune à la 5e. Les Strasbourgeois peinent à exister en attaque et procèdent en contre, face à une défense adverse bien regroupée. Les 15 premières minutes sont clairement à l'avantage des Verts dominateurs qui se procurent les meilleures occasions: 53% de possession de balle.
 

L'exclusion de Subotic, tournant du match comme à Bordeaux?

Dans les foulée de l'exclusion du défenseur central Neven Subotic (18e), qui fera par ailleurs débat chez les Stéphanois, leur attaquant Loïs Diony est sacrifié et laisse sa place à Timothée Kolodziejczak, pour combler le trou dans la défense. Mais au bout de 25 minutes, les statistiques sont toujours à l'avantage de l'ASSE qui cumule 5 tirs, seulement 1 tir pour le Racing. Les Alsaciens restent peu inspirés.

D'une manière générale, le match est assez pauvre techniquement. Il faut attendre une frappe puissante de Dimitri Liénard à la 30e repoussée des deux poings par Stéphane Ruffier. Les Strasbourgeois se réveillent jusqu'à la pause et posent le pied sur le ballon avec de belles séquences de jeu.
 

Les joueurs recadrés par Thierry Laurey à la mi-temps...

Le Racing fait une très bonne rentrée qui pousse, comme avec à Kevin Zohi extrêmement actif depuis son entrée à la 45e à la place d'Adrien Thomasson. Le gaucher ivoirien va très vite et permet à Dimitri Liénard de coulisser à droite. Un temps fort récompensé à la 55e: Anthony Caci décoche un centre lumineux pour Anthony Gonçalves, ce dernier crochète vers l'intérieur et frappe côté opposé. Le portier Stéphanois la touche mais ne peut rien faire.

À la 66e, la recrue en provenance de Galatasaray Lionel Carole fait sa rentrée. L'ancien joueur prêté à Séville la saison dernière fait bonne impression, bien en jambe et juste techniquement. Les Strasbourgeois font courir leurs adversaires, mais ne sont pas à l'abris. Les Stéphanois ont plus d'occasions, 7 tirs contre 6 pour le Racing à la 70e.
 

Les Strasbourgeois pas malheureux avec l'arbitrage

À la 76e, Rémy Cabella est retenu par le maillot par Stefan Mitrovic, il aurait dû alors recevoir un second carton jaune, mais l'arbitre Benoît Millot n'a pas bronché. Les Stéphanois poussent dans les derniers instants et tentent le tout pour le tout. Le coach des Verts Jean-Louis Gasset fait rentrer à la 84e un jeune sénégalais de 20 ans, Makthar Gueye. Il lui faut 4 minutes pour inscrire son premier but en Ligue 1, après un centre de l'ancien international français Mathieu Debuchy. Tout est à refaire pour le Racing qui a pourtant hissé son niveau de jeu en seconde période et conserve le ballon: 58% de possession à la fin du match.

Mais les joueurs de Thierry Laurey ne parviennent pas à reprendre l'avantage et peuvent nourrir quelques regrets. Les deux équipes se quittent sur un score de parité: 1 à 1. L'entraîneur du Racing peut en revanche être satisfait de sa défense solide et de ses nouvelles recrues.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.