Stigmatisation des zones rouges. "Ca, ça me gonfle" : le ras-le-bol de Jean Rottner, président du Grand Est

Sur les réseaux sociaux, le président de la région Grand Est, Jean Rottner, a publié un message de colère incisif concernant un nouveau visuel édité par le gouvernement. L'image représentait un virus rouge apposé sur l'est de la France. De quoi relancer les craintes de stygmatisation.
Le président de la région Grand Est ne mâche pas ses émoticônes vis-à-vis du gouvernement.
Le président de la région Grand Est ne mâche pas ses émoticônes vis-à-vis du gouvernement. © Twitter
« Cher Edouard Philippe, cher Olivier Véran, je suis désolé, mais ça, ça me gonfle ». Voici le message court mais cinglant adressé au Premier ministre et au ministre de la Santé, le 30 mai 2020, par Jean Rottner, président de la région Grand Est, via les réseaux sociaux. Raison de ce langage très direct : une image représentant les contours de la carte de France avec un motif rouge en forme de virus portant la mention « coronavirus » apposé en plein sur le Grand Est.  Ce visuel figurait sur les documents présentant la deuxième phase de déconfinement sur le site du gouvernement. Il a depuis été supprimé, remplacé par une photo plus consensuelle représentant des tables et chaises vides dans ce qui semble être un restaurant.

Les responsables de la communication digitale du gouvernement se sont même fendus d'un message d'excuse par ce même canal des réseaux sociaux, reconnaissant que "le choix de l'image était effectivement maladroit". Ce n'est pas la première fois que le président de la région Grand Est dénonce cette dénomination en zones "vertes" et "rouges" mise en place par le gouvernement dans la gestion du confinement lié à la pandémie de Covid19. L'effet redouté étant une stigmatisation des régions dites "rouges", qui pourrait notamment nuire à leur redémarrage économique et touristique.

Jean Rottner était d'ailleurs intervenu en ce sens avec plusieurs élus concernés, dont son homologue des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, en demandant au gouvernement de renoncer à cette dénomination  


 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région grand est politique fusion des régions réforme territoriale coronavirus/covid-19 santé société déconfinement