• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Suisse : 5 choses à savoir pour découvrir Bâle au fil du Rhin et déguster le “läckerli”

Les rives du Rhin, qui suivent la continuité de la ville de Bâle permettent de faire une belle visite de ce lieu. / © Aurélie Renard
Les rives du Rhin, qui suivent la continuité de la ville de Bâle permettent de faire une belle visite de ce lieu. / © Aurélie Renard

Troisième ville de Suisse par son nombre d’habitants, Bâle est une cité singulière. Certains apprécieront sa prospérité, d’autres son patrimoine ou ses musées. Bâle est tout cela mais c’est aussi une ville nichée au cœur de trois Pays. Trois pays et un fleuve : le Rhin.

Par Aurélie Renard

Pour faire connaissance avec Bâle, nous avons donc décidé de remonter le fleuve. Une manière d’aller à la rencontre des habitants, de percer leurs habitudes et de découvrir leur rapport si particulier avec le Rhin, emblème de la ville.

Quand nous arrivons, la matinée tire à sa fin. Dans les boulangeries et sandwicheries en tous genres, c’est l’heure de pointe. Les files s’allongent devant les boutiques. Mais une fois servis, les clients convergent quasiment tous vers un lieu : les rives du Rhin. Les berges sont  prises d’assaut.
 
À l'heure du déjeuner, les berges sont prises d'assaut par les riverains. / © Aurélie Renard
À l'heure du déjeuner, les berges sont prises d'assaut par les riverains. / © Aurélie Renard

Faciles d’accès, aménagées, elles offrent sous le soleil un repaire de choix pour un pique-nique improvisé et sympathique. Familles, amoureux, bandes de copains ou rêveurs solitaires, personne ne manque à l’appel. Et ce n’est pas Helena et sa petite fille, les pieds quasiment dans l’eau, qui diront le contraire. Un burger dans la main, la maman lâche : "Pourquoi aller ailleurs ? On est si bien ici." CQFD.
 

Ma ville c'est la plus Bâle

Manger sur les rives du Rhin, une habitude pour les Bâlois. Une fantaisie aussi. Au détour de notre promenade, une table dressée avec élégance attire notre regard. Un homme s’active à soigner chaque détail. "C’est romantique n’est-ce pas ?", nous lance-t-il malicieux. "Je fais une surprise à mon amoureuse. J’espère que ça lui plaira". Comédie romantique ou véritable déclaration d’amour, nous ne saurons pas. Mais l’effet, lui, est garanti.
 
Au détour de notre promenade, une table dressée avec élégance attire notre regard. Sur les berges du Rhin, toutes les fantaisies sont permises. / © Aurélie Renard
Au détour de notre promenade, une table dressée avec élégance attire notre regard. Sur les berges du Rhin, toutes les fantaisies sont permises. / © Aurélie Renard

D’une rive à l’autre, l’ambiance diffère un peu. Pour traverser le fleuve et flâner de part et d’autre du Rhin, il y a de nombreux ponts. Il y a aussi le bac à piétons. Pour 1,90 CHF (1,70€ environ), naviguez au gré du courant dans un bac sans moteur. Simplement relié à un câble métallique... insolite et écologique! Quatre pontons permettent d’embarquer pour une croisière somme toute très rapide mais étonnante. Une attraction touristique tout autant qu’un moyen efficace de se déplacer d’un quartier à l’autre. En toute simplicité !
A Bâle, pour traverser le Rhin, il y a de nombreux ponts. Il y a aussi le bac à piétons qui fonctionne sans autre énergie que le courant du fleuve. / © Aurélie Renard
A Bâle, pour traverser le Rhin, il y a de nombreux ponts. Il y a aussi le bac à piétons qui fonctionne sans autre énergie que le courant du fleuve. / © Aurélie Renard

Mais si vraiment vous aimez vous mouiller et que vous mettre à l’eau vous tente, sachez qu’ici, c’est possible. C’est l’une des singularités de la Suisse. Il est autorisé de se baigner dans le Rhin à Bâle. Pour cela, il faut respecter les zones de baignades et s’équiper. Un sac hermétique est vendu dans les offices de tourisme de la ville pour 30 CHF (26€). Dedans vous y mettrez téléphone et vêtements pour vous changer à l’arrivée. Ne croyez pas que c’est une activité uniquement estivale. En plein mois d’avril, nous en avons vus des Bâlois courageux dans l’eau malgré la fraîcheur du fleuve!
C’est l’une des singularités de la Suisse. Il est autorisé de se baigner dans le Rhin à Bâle, quelque soit la saison. / © Aurélie Renard
C’est l’une des singularités de la Suisse. Il est autorisé de se baigner dans le Rhin à Bâle, quelque soit la saison. / © Aurélie Renard

Activité plus tranquille (et surtout moins humide), la remontée du fleuve pour rejoindre le Coin des Trois Pays, en allemand dans le texte : Dreiländerecke. À quelques mètres près, vous serez très exactement au croisement des frontières française, allemande et suisse. Une balade tout aussi symbolique qu’agréable. Partez du centre du vieux Bâle et comptez une petite heure de marche.

Après le Dreirosenbrücke, pont des Trois Roses, les Rives du Rhin sont moins aménagées mais elles recèlent quelques surprises pour les amateurs d’ambiance alternative. Petites guinguettes en bois et terrasses prêtes à vous accueillir en cas d’envie d’une pause.
  
À l’arrivée, le point de vue sur la passerelle des Trois pays et sur le Rhin est joli. C’est également un point de départ pour des croisières sur le fleuve! Nous allions repartir quand une Bâloise enjouée nous a recommandé de ne pas quitter Bâle sans goûter le Läckerli ! Un mystère au nom prometteur (lecker signifiant délicieux en allemand !). Quelques  indications plus tard, nous étions devant la Läckerli Huus,  une institution !

À l’arrivée, vendeuses et clientes nous ont fait une promo de concert de ce petit biscuit au goût de pain d’épices. "Le meilleur gâteau du monde" pour l’une, "une douceur à déguster à toute heure du jour" pour l’autre, "un biscuit idéal quand on fait du sport" pour la dernière. Feu d’artifice de compliments et d’arguments pour une friandise emblématique de la ville confectionnée à partir de miel, farine, noisettes et amandes. On a goûté et on a bien aimé !
Le Läckerli, petit biscuit au goût de pain d’épices, est emblématique de la ville de Bâle. / © Aurélie Renard
Le Läckerli, petit biscuit au goût de pain d’épices, est emblématique de la ville de Bâle. / © Aurélie Renard

Partir sur une douceur invite à revenir. Nous, nous reviendrons à Bâle, séduits par la quiétude et l’ambiance très zen de la ville.
 

Le bon plan pour éviter les galères de parking…

Se garer depuis la France au parking relais Tram Train de Saint Louis. Les 14 premières heures de stationnement sont gratuites ! De quoi se promener sereinement...
Acheter ensuite un ticket de Tramway Zone 10 (2,80 euros) directement sur le quai et prendre le Tram 3 direction Birsfelden Hard.
S’arrêter à Barfüsserplatz ou à Schifflände (selon le tramway emprunté).
Le vieux Bâle est à vous!
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus