• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Les TER français bloqués à la frontière luxembourgeoise à partir du 1er janvier 2020

Un TER en gare de Liverdun / © B. de Butler, France 3 Lorraine
Un TER en gare de Liverdun / © B. de Butler, France 3 Lorraine

Suite à une décision du Grand-Duché, les trains français ne pourront plus circuler au Luxembourg à partir du 1er janvier 2020 s'ils ne sont pas équipés du système de sécurité européen. La région Grand Est annonce "six mois de galère", le temps que les 25 rames régionales soient mises aux normes.

Par Lio Viry - France 3 Lorraine

La décision prise le 18 juin par le Luxembourg d’interdire sur son territoire les trains qui ne seront pas équipés de l’ERTMS, le système de sécurité européen, a de quoi inquiéter la région Grand Est. Et pour cause, ce sont chaque jour plus de 12 000 voyageurs qui seront obligés dès le 1er janvier de prendre une correspondance à Thionville s’ils veulent traverser la frontière.

Jean Rottner, président de la région Grand Est, dénonce une "décision unilatérale et inquiétante pour les conditions de transport des travailleurs frontaliers". Dans un communiqué daté du 18 juin, il affirme aussi regretter que le Luxembourg n’accorde pas de nouvelles dérogations à la France, "alors même que la Région Grand Est, depuis sa création en 2016, accomplit ses meilleurs efforts pour équiper au plus vite ses 25 rames du système ERTMS".

A l’heure actuelle, une douzaine de rames seraient équipées du système de sécurité et l’ensemble des 25 rames devraient l’être pour juin 2020. En attendant, la région Grand Est et la SNCF ont demandé une nouvelle dérogation au Luxembourg, afin d’éviter de saturer encore  plus le réseau ferroviaire et routier. En vain.

Cela aurait permis de disposer en permanence de 20 rames aptes à traverser la frontière, avec un impact très limité sur les usagers.
- Jean Rottner, président de la région Grand Est

Mais le Luxembourg, encore hanté par l'accident de Dudelange qui avait fait un mort et deux blessés grave en 2017 suite à une collision frontale entre un train français et luxembourgeois, ne veut plus attendre. C'est d'ailleurs après cet accident que l'échéance avait été avancée à 2020 et non plus 2021 comme cela avait été convenu cinq ans plus tôt.

Une dérogation pour le fret qui passe mal

Pour la région Grand Est, cette décision est "d’autant plus incompréhensible que l’autorité de sécurité accorde une dérogation d’un an supplémentaire aux trains de fret".

Le Luxembourg privilégie les marchandises qui servent ses propres intérêts économiques, plutôt que les travailleurs frontaliers qui ne résident pas dans ce pays.
- Jean Rottner, président de la région Grand Est


Compte tenu de cette situation tendue, l'élu a proposé aux ministres des transports français et luxembourgeois de se rencontrer au plus vite afin "d'éviter à tout prix cette catastrophe annoncée depuis 2017".
 

Qu'est ce que l'ERTMS ?

Conçu par l’Union Européenne en 1996, l’ERTMS (European Rail Traffic Management System) a pour but d’harmoniser la signalisation ferroviaire et de contrôler la vitesse des trains. Si un risque d’accident venait à être constaté, le système de sécurité pourrait par exemple déclencher un freinage d’urgence.  
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus