Transports scolaires : la région Grand Est recherche (désespérément) 300 chauffeurs de bus

Publié le Mis à jour le

A un mois de la fin des grandes vacances, la région Grand Est ne parvient pas à recruter suffisamment de chauffeurs de car pour assurer les transports scolaires à la rentrée. Plus de 250 postes sont à pourvoir.

C’est un cri d’alarme que lance la région Grand Est. A moins d’un mois de la fin des grandes vacances, il lui manque 283 chauffeurs de car pour assurer les transports scolaires à la rentrée.

"Il nous en manque au moins 283, précise le conseiller régional membre de la commission transport, David Valence. Au moins, car le marché de l’emploi est actuellement très dynamique. Du coup, on risque certainement d’avoir de mauvaises surprises à la rentrée." 

Le Bas-Rhin et la Moselle font partie des cinq départements français où la situation est la plus en tension, loin toutefois derrière la Normandie qui doit trouver 4.000 transporteurs.

900 élèves sans transports scolaire en 2021

La situation n’est pas inédite : lors de la précédente rentrée de septembre 2021, 900 élèves étaient déjà privés de transport scolaire car il manquait alors 60 conducteurs ( voir notre article).

Pour expliquer cette pénurie, la région met en avant la rémunération, peu attractive dans cette profession : " Elle est faible car le volume d’heures travaillées est souvent insuffisant pour fournir un temps plein", explique le responsable régional des transports.

Plusieurs pistes sont sur la table pour pallier le problème, parmi lesquelles former les chauffeurs à d’autres missions, comme de la logistique : " En complétant avec d’autres activités, cela permet de proposer des volumes de de travail plus près du temps complet", justifie David Valence.

La collectivité dit également avoir débloqué une enveloppe de 21 millions d’euros pour compenser les coûts liés à la hausse des prix du carburant : " Les sociétés de transport seront ainsi moins prises à la gorge, et moins tentées de rogner sur les salaires, espère l’élu régional. Mais le problème est national, et la seule solution viable sera de renégocier les accords de branche au plan national. Il faut rapidement ouvrir des discussion sur le sujet".

Perturbations annoncées dès la rentrée

La région met déjà en garde les parents et les élèves. Il y aura des perturbations dès la rentrée car il va falloir adapter l’offre aux possibilités : "Les horaires de trajet pourraient être modifiés, les enfants vont peut-être devoir arriver plus tôt le matin à leur arrêt de bus", alerte David Valence. Collégiens et lycéens risquent d’être les plus impactés : la région privilégiera le transport des maternelles et des primaires pour éviter aux petits des journées trop longues.

Pour les chauffeurs intéressés, il est possible de postuler directement via le site de la région. Des postes sont immédiatement à pourvoir pour les titulaires de permis D. Pour les non-détenteurs de ce permis, des formations sont proposées.