• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Traverser les Vosges, le défi de cinq coureurs de trail

Partis à 6h du matin de Dabo, en Moselle, cinq trailers se sont donnés le pari fou de traverser les Vosges. Arrivée prévue : samedi 20 avril, dans l'après-midi, au Grand-Ballon. / © Cécile Lamaze
Partis à 6h du matin de Dabo, en Moselle, cinq trailers se sont donnés le pari fou de traverser les Vosges. Arrivée prévue : samedi 20 avril, dans l'après-midi, au Grand-Ballon. / © Cécile Lamaze

Ils s'entrainent depuis six mois pour cette aventure de 150 kilomètres. Cinq trailers sont partis, vendredi 19 avril au petit matin, pour une traversée folle à travers les Vosges. Leur ligne de départ se trouvait à Dabo et ils termineront leur course au Grand Ballon.

Par Pierre Thillot

Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins... des Vosges. Paul, Nicolas, Gauthier, Sébastien et Gregory sont partis d'un pas décidé de Dabo, vendredi 19 avril, à 6h du matin, pour faire la traversée des Vosges. 
 
Gregory, Gauthier, Nicolas, Sébastien et Paul courent près des cascades du Nideck. / © Cécile Lamaze
Gregory, Gauthier, Nicolas, Sébastien et Paul courent près des cascades du Nideck. / © Cécile Lamaze


Licenciés au club de trail Courir à Raon l'étape, les athlètes se sont donnés le pari fou de courir 150 kilomètres d'une traite. Depuis ce matin, les personnes qui assurent le ravitaillement partagent leur course sur Facebook. "Au départ, ils voulaient le faire en trois ou quatre pauses, mais finalement ils préfèrent courir tout du long" explique Cécile Lamaze, qui accompagne les coureurs durant leur parcours. 

De Dabo au Grand Ballon

Pour rallier les 150 kilomètres, les cinq coureurs suivent le tracé d'un trail déjà existant. Partis de Dabo en Moselle, ce vendredi 19 avril, les compères devraient rallier le Grand-Ballon, qui est le plus haut sommet du massif vosgien, ce samedi 20 avril dans l'après-midi. 
 


Pour ce trajet, ils peuvent compter sur des ravitailleurs qui les suivent en voiture s'ils ont un problème. "Il fait très chaud en ce moment, donc on est derrière pour leur donner à boire. Ils ne peuvent pas tout porter sur eux" indique Cécile Lamaze. 

Pour le moment, les coureurs tiennent le coup, sous ce soleil d'avril. Seul un, Gregory, ne sait pas s'il terminera la course... Blessé à la cheville quelques semaines avant le grand départ, il a tout de même réussi à prendre la route avec ses copains de trail. Pour autant, son genou fatigue tout doucement. 

Comme ils l'expliquent sur leur page Facebook, le but n'est pas de débloquer un nouveau record. Ils veulent surtout faire "une belle balade ensemble", explique Grégory Lacour, l'un des coureurs. 
 

Sur le même sujet

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus