• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VOIR ou REVOIR: “Villemot, l'illustrateur des murs”

Bernard Villemot, affiche Vespa / © DR
Bernard Villemot, affiche Vespa / © DR

Il s'appelle Bernard Villemot et c'est l'un des affichistes les plus renommés de France. Le documentaire d'Arnaud Jambut, "Villemot, l'illustrateur des murs" retrace la carrière de cet artiste indémodable. Voici trois bonnes raisons de voir ce documentaire.

Par Sophie Gueffier

Si vous êtes fan de la série américaine Mad Men, le documentaire d'Arnaud Jambut consacré à Bernard Villemot vous passionera. L'homme, affichiste de renom pendant les Trente Glorieuses, est à la fois artiste peintre et traducteur de son époque. Aujourd'hui il demeure une référence incontournable dans le milieu de l'affiche, une valeur sûre des arts décoratifs, dont les affiches élégantes et universelles s'arrachent de New York au Japon.

Voici trois bonnes raisons de regarder ce documentaire  


1. Se laisser emporter par le tourbillon d'une époque épatante

Les Trente Glorieuses: un petit air d'insouciance et d'accès au modernisme pour tous. Une époque épatante et pétillante, où la consommation bat son plein. Comme dans la chanson de Boris Vian, chacun y va de son envie de réfrigérateur, d'automobile et d'aspirateur.
Viens m'embrasser / Et je te donnerai / Un frigidaire / Un joli scooter / Un atomixaire 
Et du Dunlopillo / Une cuisinière / Avec un four en verre / Des tas de couverts..." 

Les grandes marques font réaliser des affiches publicitaires pour se distinguer de leurs concurrents. Bernard Villemot et son ami Raymond Savignac se partagent alors les campagnes d'affichage des plus grandes marques du moment : Orangina, Bergasol, Bally, Air France, Gauloises, Vespa pour ne citer qu'elles.

Bernard Villemot, affiche Perrier / © DR
Bernard Villemot, affiche Perrier / © DR


2. Partager l'art et l'exposer à ciel ouvert

Villemot sait capter l'air du temps. L'époque est moderne, l'ère industrielle. Sa palette se pare de couleurs éclatantes, primaires, la technique choisie c'est celle de l'à-plat, les thèmes sont tracés de manière rectiligne. Au fil du temps, le lignes deviendront taches, le nuancier tournera vers des couleurs plus flashies, issues du Pop Art, les formes se simplifieront. L'affichiste, comme l'artiste se fait le reflet de son temps.

Une parfaite maîtrise de l'illustration de son temps et de sa vision.
- Bruno Vannacci, professeur d'art et artiste peintre

Si Bernard Villemot est si populaire auprès des grandes marques, ce n'est pas par hasard. Il a su prendre aux plus grands artistes de son temps, tout en conservant sa patte. Ses influences sont nombreuses: de Nicolas de Stael en passant par Kees Van Dongen, Picasso, Braque, ou plus tard des artistes du Pop Art, comme Wahrol et de l'Optical Art comme Vasarely Mais son maître reste Matisse. 

Grâce à lui, au coeur de la cité, on avait un peu de Matisse, de Kees Van Dongen, Braque et Picasso sur les affiches et tout le monde pouvait les voir.
- Bruno Vannacci, Professeur d'art et artiste peintre

L'une des nombreuses affiches Villemot pour la saga Orangina / © Bernard Villemot, Affiche Orangina / DR
L'une des nombreuses affiches Villemot pour la saga Orangina / © Bernard Villemot, Affiche Orangina / DR

Le bon affichiste doit d'abord et avant tout être un peintre 
- Bernard Villemot, affichiste
 

Ainsi Bruno Vannacci ajoute : "on sent tous les grands peintres du XXe siècle retranscrits avec son langage".Et même s'il s'inspire des courants et des maîtres, l'artiste est reconnaissable au premier coup d'oeil. Pierre Fresnault-Deruelle, professeur émérite à l'Université de Paris 1 dit de lui : "Quand on regarde ces Villemot magnifiques (...) , on s'aperçoit qu'il traite son objet mais qu'il fait sa propre publicité, il travaille sa propre image de marque:

Quand on regarde un Villemot, certes on pense à Bally, mais on pense à Villemot


3. La saga Orangina

Si, à travers toutes les campagnes d'affichage réalisées par Villemot, il ne fallait en retenir qu'une, ce serait la série faite pour Orangina. Le patron d'Orangina Jean-Claude Béton rencontre Bernard Villemot et le designe comme affichiste. Villemot va donner une identité visuelle à la marque avec la fameuse pelure d'orange en 1953. 

Il a su synthétiser l'esprit d'une marque à partir d'un élément simple, une forme, une bouteille, une typograhie; il y a du peps de la légèreté... une forme d'optimisme. 
- Bruno Vannacci, graphiste

Si vous vouliez une belle affiche, vous vous adressiez à Villemot

Une affiche Villemot c'était forcément un succès. Personne n'a réussi à déloger Villemot"

- Raymond di Giovanni, ancien directeur des relations extérieures de chez Orangina

S'il n'y a personne à la table c'est qu'elle est prêt pour nous / © Bernard Villemot, affiche Perrier / DR
S'il n'y a personne à la table c'est qu'elle est prêt pour nous / © Bernard Villemot, affiche Perrier / DR
La marque restera fidèle à Villemot jusqu'à la disparition de l'affichiste en 1989.

Plus largement, le graphiste Bruno Vannaci explique aussi de lui qu'"il a su s'oublier à travers les propositions qu'il faisait aux marques: c'est-à-dire à la fois s'identifier à la marque et en même temps à l'esprit du temps; un bon artiste ce n'est pas forcément quelqu'un qui impose son style ou sa personnalité, c'est quelqu'un qui donne un son à l'esprit du temps, une voix à l'époque".

Laissons le mot de la fin à l'artiste lui-même : 

Le but commercial vient en second; mon but c'est plus de faire une image qui va apporter une joie, un bonheur, une satisfaction sur le plan imaginatif, sensoriel, l'acte d'achat qui en découlera doit venir après le plaisir de cette image. 


 

Villemot, l'illustrateur des murs

Production: Bonobo Productions / France Télevisions
Réalisation: Arnaud Jambut
Durée: 52 minutes.

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus