Après la dispersion d'un météore en Meuse, le directeur du planétarium d'Epinal lance un appel à la population

Le météore observé jeudi soir dans le ciel lorrain s'est dispersé dans le secteur de Verdun sur une superficie de plus de 100 kilomètres carrés. Pour l'instant, aucun débris n'a été retrouvé mais le directeur du planétarium d'Epinal ne désespère pas que des promeneurs découvrent des cailloux.

Les images capturées sont formelles, le météore qui a été observé jeudi soir en Alsace, en Franche-Comté et en Lorraine s'est dispersé avant de toucher le sol dans le secteur de Verdun en Meuse. Pour être précis dans une zone englobant 12 communes situées entre Montfaucon d'Argonne et Récourt-le-Creux sur une bande large de 2 kilomètres. Le directeur du planétarium d'Epinal, s'il est tout excité par cette nouvelle, avoue humblement qu'en dehors de la localisation de l'ellipse de chute du météore, il est encore difficile de dire si on va trouver quelquechose sur le terrain: "On pense qu'il y a une forte probabilité de retrouver des cailloux au sol mais on n'en est pas sûr.  Est-ce que la pierre était encore consistante lorsqu'elle est tombée ou est-ce qu'elle s'est transformée en poussière? En quelle quantité? Il n y a aucune certitude". 

Pas de battues pour le moment

De plus ce territoire où il y a beaucoup de forêts et de cultures n'est pas forcément propice aux recherches. Du coup, le scientifique n'a pas jugé utile d'organiser des battues pour trouver des morceaux du météore. "Pour l'instant, la battue ne sert à rien sur une zone aussi vaste de quelques 120 kilomètres carrés" mais explique Didier Mathieu "elle deviendra nécessaire si on retrouve des premiers échantillons. Plus on informe le public et plus on a de chances de collecter quelque chose." Encore faut-il faire vite dans la mesure où l'atmosphère peut dégrader et altérer rapidement les cailloux. 

Appel lancé aux promeneurs

D'où l'appel lancé par le directeur du planétarium d'Epinal aux habitants du secteur et aux promeneurs qui vont se rendre dans cette zone. Alors vous allez me dire, concrètement que recherche t-on exactement? "On espère trouver des cailloux noirs de petite taille disons de 3 à 4 centimètres" explique le directeur du planétarium d'Epinal. "Pas un gros galet. Le caillou peut-être fracturé, il peut avoir des éclats et à l'intérieur présenter une couleur différente. Généralement, on peut observer une croûte de fusion noire, des arrêtes émoussées, pas d'arrêtes franches sur les bords, des surfaces planes qui ne sont pas boursouflées et le caillou n'est pas rouillé non plus". 

Autre question qui certainement vous taraude l'esprit, que convient-il de faire si vous vous promenez dans ce secteur de la Meuse et que vous repérez un ou plusieurs cailloux? "La première chose à faire" énumère Didier Mathieu "c'est de prendre une photo géolocalisée ça c'est important la géolocalisation. Ensuite il faut ramasser le caillou, le mettre dans un sachet- comme ceux qu'on met au congélateur -en évitant de le toucher ou alors mettre des gants. Puis prendre contact avec le planétarium d'Epinal." En cas de découverte d'un ou de plusieurs cailloux, une équipe de spécialistes peut se déplacer pour analyser visuellement la trouvaille puis procéder à quelques relevés qui vont permettre de calculer la densité du caillou et son magnétisme. Une première analyse qui sera ensuite confortée en laboratoire mais nous n'en sommes pas encore-là puisque depuis jeudi soir -date de la chute du météore- personne ne s'est encore manifesté auprès du planétarium d'Epinal.  Si vous souhaitez en savoir plus n'hésitez pas à vous rendre sur le site spécialisé vigie-ciel un programme de sciences participatives. https://www.vigie-ciel.org/

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
espace culture sciences